Génétique belge : Un test pilote pour la génomique en race Blanc-Bleu

Sophie Bourgeois

En race Blanc-Bleu Belge, la sélection génomique est en marche et devrait être développée dans un avenir proche. Les premiers résultats concrets sont attendus pour fin 2013.

Un projet sur l'indexation génomique en race Blanc-Bleu Belge a démarré en collaboration avec l'université de Liège. Étant donné le nombre restreint de taureaux d'insémination, les animaux phénotypés dans des élevages sélectionnés constitueront la population de référence. Le projet prévoit de récolter de l'ordre de 10 à 15 000 phénotypes par caractère étudié.
« Quinze élevages, faisant naître un grand nombre de veaux, font actuellement l'objet d'un test du dispositif. L'objectif est dans un avenir proche, d'étendre le projet à cent élevages », explique Xavier Hubin de l'Association wallonne de l'élevage. Les phénotypes comprennent actuellement les données de première et deuxième visites et les cotations linéaires (pointage).

Quinze élevages, font actuellement l'objet d'un test du dispositif. (C. Delisle)

Quinze élevages, font actuellement l'objet d'un test du dispositif. (C. Delisle)

Récolter un maximum de phénotypes

« Nous espérons travailler davantage sur les poids des animaux. Les causes de sortie des animaux seront intégrées. L'idéal serait d'utiliser les résultats d'autopsie. » Les données d'abattage, les prix de vente des animaux, les aplombs, le tempérament des animaux, et les données de fertilité des femelles (IA, chaleurs, voire peut-être diagnostic de gestation très précoce réalisé par un vétérinaire) seront aussi intégrées. « Pour la fertilité des mâles, il va falloir beaucoup de données et cela sera très compliqué. Nous étudions plusieurs pistes », explique Xavier Hubin. Sur le plan de la santé, la prise de température et d'autres critères plus spécifiques, comme par exemple la résistance à la gale sont étudiés. « Pour les phénotypes concernant les mâles et les femelles, on pourra lancer une analyse génomique d'ici deux ans à deux ans et demi. Cela prendra plus de temps pour les phénotypes liés strictement aux femelles. » Parallèlement, l'université de Liège passe au crible de la puce bovine HD d'Illumina (800 K) tous les taureaux d'IA afin de caractériser au mieux la race.

Source Réussir Bovins-Viande Juillet-Août 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires