“Il faut que cesse la prise en otage de la filière viande”

“Il faut que cesse la prise en otage de la filière viande”

L’interprofession du bétail et des viandes, Interbev, veut mettre fin à la “polémique politicienne”.

Après avoir d’ores et déjà demandé la mise en application anticipée du décret du 28 décembre 2011 venant renforcer le cadre de l’abattage rituel et avoir engagé une réflexion concernant la mise en place éventuelle d’un étiquetage du mode d’abattage, l’interprofession du bétail et des viandes française, Interbev, a tenu, le 8 mars dans un communiqué, à “rétablir la vérité sur les chiffres relatifs aux volumes abattus rituellement en France” après la polémique lancée par la candidate à la présidentielle Marine Le Pen.

Quels sont les chiffres officiels quant à l’abattage rituel en France ?

Interbev : “Interbev réfute catégoriquement les informations sur l’abattage rituel en France issues d’un rapport du Conseil général de l’alimentation de l’agriculture et des espaces ruraux, reprise hier (NDLR le 7 mars) par le site Lepoint.fr. En effet ces chiffres relatifs à l’abattage en France ne sont pas représentatifs puisqu’ils ne portent que sur 15 abattoirs ayant été sélectionnés pour leur activité rituelle sur les 155 pratiquant ce type d’abattage. En France en 2010 les tonnages des abattages rituels dans les abattoirs de ruminants se sont élevés à 226 000 tonnes équivalent carcasse (Tec) sur 1,606 million de Tec totales, soit 14 % des abattages totaux. Par ailleurs, 40 000 tonnes issues d’un abattage rituel sont parties à l’exportation, 108 000 tonnes ont été importées. Et la consommation a atteint 230 000 Tec. Il y a donc 64 000 tonnes potentiellement commercialisées dans un circuit non rituel en France ou ailleurs, soit moins de 3,5 % de la consommation française de viandes bovine et ovine.”

Que prévoit le décret du 28 décembre 2011 dont vous avez souhaité anticiper l’application fin février au lieu de juillet prévu initialement ?

Interbev : “À l’initiative de Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, Interbev a engagé, depuis début 2011, un travail en profondeur sur l’abattage rituel en France, en concertation avec les cultes, les associations de protection animale, le ministère de l’Agriculture et le ministre de l’Intérieur sous l’autorité du Premier ministre. Ces travaux ont abouti à la publication du décret du 28 décembre 2011 qui renforce les obligations réglementaires pour les abattoirs effectuant des opérations d’abattage rituel : renforcement des contrôles du bien-être animal et obligation de formation des sacrificateurs, obligation pour les abatteurs pratiquant l’abattage rituel de disposer d’une autorisation préfectorale pour appliquer la dérogation, et obligation de mettre en place un système d’enregistrement permettant de vérifier l’usage de la dérogation autorisant l’abattage rituel correspond aux commandes commerciales le justifiant.”

Vous évoquez des contrôles, par qui et comment sont-ils opérés ? Interbev : “L’activité d’abattage rituel est soumise en permanence au contrôle des services vétérinaires de l’État. Qu’il s’agisse d’abattage conventionnel ou rituel, les mêmes mesures de maîtrise sanitaire sont mises en œuvre à tous les stades de la filière par les professionnels encadrés par le paquet hygiène et contrôlées par les services vétérinaires. Ces mesures font l’objet d’inspections sanitaires, ante-mortem, post-mortem, avec une surveillance continue des opérations ­d’abattage et préparation des carcasses, contrôle des bonnes pratiques mises en œuvre par les professionnels et des résultats des examens bactériologiques sur carcasse, de même que des inspections et contrôles du bien-être animal.”

Pourquoi ce nouveau communiqué ?

Dominique Langlois : “Parce qu’il faut que cesse la prise en otage de la filière viande par le politique au risque de causer de graves préjudices à un secteur d’activité en voie de redressement et en particulier pour les 250 000 producteurs qui le composent.”

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires