Irlande : Un accord jugé illégal entre les transformateurs de viande

Emilie Durand

Tout part d'« une étude réalisée en 1998 à la demande conjointe du gouvernement irlandais et des représentants de la filière bovine qui concluent à la nécessité de réduire le nombre de transformateurs de 20 à un chiffre compris entre 4 et 6 », explique l'arrêt de la Cour de Justice européenne. Dans ce but, les entreprises « restantes » sur le marché n'avaient qu'à indemniser les entreprises « sortantes ». Afin de mettre en oeuvre ces conclusions, les dix principaux transformateurs de viande du pays créent la Beef Industry Development Society (BIDS) en 2002. Cette société prévoit de rationaliser le secteur en réduisant les capacités de l'ordre de 25 %, soit l'équivalent d'un volume annuel d'environ 420 000 têtes de bétail. Pour cela, un accord doit être passé avec chaque entreprise du secteur pour indemniser via la BIDS les entreprises sortantes. Lorsque la société Barry Brothers se déclare prête à signer cet accord, les autorités de la concurrence irlandaise le dénoncent en justice. Si cet accord finit par arriver devant la Cour de Justice européenne, c'est bien à cause des lois de la concurrence au sein du marché commun. Il sera effectivement décrété comme « ayant pour objet d'empêcher, de restreindre ou de fausser le jeu de la concurrence », et ne pourra être applicable. La filière devra trouver un autre moyen pour se tirer d'affaire !

L'accord dénoncé par les autorités de la concurrence irlandaises est parti du constat de la nécessité de réduire le nombre de transformateurs de la filière bovine. (F. d'Alteroche)

L'accord dénoncé par les autorités de la concurrence irlandaises est parti du constat de la nécessité de réduire le nombre de transformateurs de la filière bovine. (F. d'Alteroche)

Source Réussir Bovins Viande Janvier 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires