L’insémination, pour maîtriser la reproduction et le progrès génétique du troupeau (témoignage d'un éleveur)

Denis FARADJI - Patrick CHEVALIER - ELVA NOVIA

DANDY

L’insémination en élevage Charolais se développe année après année. Cette pratique est avant tout le choix d’un mode de reproduction qui permet de cibler, quelles femelles seront inséminées, pendant quelles périodes, et avec quels taureaux. Conjuguant ainsi maitrise de la reproduction et amélioration génétique du troupeau.

Objectif : un veau par vache et par an dans une période de vêlages choisie et groupée

Dans la majeure partie des exploitations, les génisses et les vaches après leurs vêlages sont conduites en lot. Les femelles sont allotées en fonction de leurs dates de vêlage et de leurs âges, pour que l’alimentation corresponde aux besoins physiologiques des femelles. La ration doit leur permettre de nourrir leurs veaux et de revenir en cycle dans les 90 jours après le vêlage, pour être fécondées à nouveau.
Permettant des interventions multiples, plusieurs jours durant, l’insémination contribue beaucoup à regrouper les naissances dans la période choisie par l’éleveur. Elle élimine le risque de panne « repro » ou d’accidents liés à la présence du taureau dans un lot… Les constats de gestation par échographie, viendront valider et garantir les objectifs de reproduction, avant la mise à l’herbe ou au cours du printemps.

Gestion du progrès génétique de l’élevage

Ce n’est plus à démontrer, la génétique impacte fortement les résultats économiques des élevages, que ce soit sur les performances de production, poids, morphologie et conformation ou sur les performances directement liées à la productivité des vaches : poids de naissance, aptitude au vêlage et à l’allaitement, fertilité.
Aujourd’hui, un large éventail de taureaux est à la disposition des éleveurs. Il permet de sélectionner et d’améliorer durablement certaines caractéristiques génétiques au niveau d’un troupeau et de façon très fine au niveau de l’individu.

L’offre génétique Charolaise pour la saison de reproduction 2016/2017

On peut définir les profils génétiques des taureaux en 4 grandes catégories
Les taureaux «  production », dont les points forts se situent sur les critères de croissance et de morphologies. Par exemple,
DANDY (SESAME/IMPAIR) est un des taureaux les mieux adaptés aux exigences de la production d’aujourd’hui : des veaux qui naissent bien sur les vaches, un excellent potentiel de croissance, des animaux longs avec un bon filet, adaptés aussi bien pour la production de broutards que de taurillons. La qualité des bassins, l’aptitude au vêlage et les aptitudes fonctionnelles feront de ses filles, de très bonnes femelles reproductrices.

IMBATTABLE

Les taureaux « naissance facile », transmettent à leurs produits un faible poids de naissances, les distinguant ainsi pour une utilisation privilégiée sur génisses.
EMIRA (UTOPIQUE/HEXAGONE) se distingue par un pedigree original, il s’utilise sur génisses et sur de nombreuses souches. Les filles ont une morphologie équilibrée et s’annoncent très bonne en qualités maternelles, surtout en lait ; idéal pour procréer des femelles de renouvellement.
Les « Jeunes Taureaux », ces taureaux disposent d’une l’évaluation génomique IBOVAL, qui leur permettent d’être diffusés plus jeune que par le passé.
IMBATTABLE (BOMBIX/UTOPIQUE), est né chez M. Jean-Rémi FLOQUET dans la Creuse, issue d’une mère exceptionnelle, ce jeune taureau s’annonce très prometteur. Il produit des animaux complets, avec une très bonne morphologie, du volume et un très bon potentiel de croissance. Sur la voie femelle, ses filles auront de bonnes aptitudes au vêlage et à l’allaitement.
Les taureaux « Semence sexée », disponibles en semence femelle ou mâle qui permettent de choisir le sexe du veau à naitre avec un taux de 92%.
ISIS (ARTOIS/LORSINI) justifie pleinement son utilisation en semence sexée femelle, il assure le vêlage pour les génisses et permet de garder des filles maternelles, avec du volume, du lait et du bassin.
Retrouvez tous les taureaux disponibles sur www.elvanovia.fr

Patrick MOME et une vache et son veau

Témoignage de Patrick MOME éleveur à Alligny en Morvan

Eleveur à Alligny en Morvan dans la Nièvre, Patrick MOME  exploite une ferme de 82 ha toute en herbe. Il fait vêler une soixantaine de vaches Charolaises. Les mâles sont vendus en broutards et la majeure partie des femelles sont vendues finies. Les meilleurs mâles sont valorisés en reproducteurs via les stations d’évaluations, et quelques-uns à la maison.
« J’ai repris l’exploitation familiale il y a 40 ans, à l’époque mon père possédait moins de 10 vaches et faisait déjà de l’insémination animale ». « Pour moi, le choix de l’IA est avant tout PRAGMATIQUE » souligne Patrick MOME.
« J’aime bien le travail bien fait ! Mais j’aime aussi que les choses soit simples et efficace ! » « J’applique ce principe sur ma ferme : je souhaite des vaches, du matériel et des bâtiments fonctionnels, sans coût, ni contrainte inutile ! »
 « Pour moi, la vache top modèle, c’est la vache productive » !!!  affirme Patrick MOME
 «Utiliser des taureaux testés et diffusés par IA, m’a permis d’accéder depuis toujours  à des taureaux performants sur les critères que je voulais améliorer, par nécessité »
« J’ai privilégié les taureaux qui apportent du poids, des vaches qui vêlent et qui sont suffisamment laitières pour me garantir un maximum d’autonomie alimentaire, c’est très important dans mon contexte d’élevage, dans le Morvan ».
« Les femelles ont une ration à base de foin, et d’enrubannage, j’achète des céréales et le complément à l’extérieur, alors il faut qu’ils soient valorisés au maximum ».
« Les vêlages se font sur 2 mois de novembre à mi-janvier maximum. En dehors de 2 torsions ces 2 dernières années, je n’avais pas eu de césariennes depuis 10 ans !!!»
 « Mon élevage est inscrit et contrôlé depuis plus de 20 ans, j’ai participé au programme de testage en ferme depuis le début, et je mets régulièrement mes meilleurs veaux dans les stations de Côte d’Or, à l’UCC et depuis 3 ans à Creuzier. Cette année, j’ai 2 veaux dans chaque station ».
« Cet été, j’ai vendu un fils de  BALTRAP et un fils de CLUEDO à Gènes Diffusion. 2016 restera une bonne année sur ce plan, car après REPAIR¹ né en 2000, voir arriver  JOLIMOME P dans le catalogue des taureaux d’IA est une vraie satisfaction. C’est une bonne touche finale pour ma carrière d’éleveur qui s’achèvera en 2017 ».
¹REPAIR (JUMPER/CARDINAL) mis en service en 2002 en testage en ferme, REPAIR a eu 4875 produits dans plus de 1000 élevages, dont 1600 filles en production !

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires