La dernière Bleue de Bazougers est morte

Sophie Bourgeois

La dernière Bleue de Bazougers est morte
Aurore B, clone d'Aurore, a dû être euthanasiée à l'âge de 13 ans à la station Inra de Bressonvilliers dans l'Essonne. - © Inra/B. Nicolas

Aurore B était la dernière représentante de la Bleue de Bazougers. Mais tout le matériel génétique qui pouvait être sauvegardé au moment de sa redécouverte l'a été.

La race Bleue de Bazougers tient son nom d'une petite ville de Mayenne. Selon une note de Laurent Avon, de l'Institut de l'élevage, datant de 2009 et qui retrace l'historique de cette race, elle serait issue d'une ancienne population locale, pas encore devenue « Mancelle », croisée au XVIIIe siècle avec du bétail fribourgeois et ensuite influencée par la Durham. L'utilisation de taureaux durham sur des animaux à robe noire et blanche pourrait être à l'origine des robes bleues. Cette cousine de la Rouge des Prés, de la Mancelle et de la Saosnoise a connu son apogée dans les années 1950, mais n'a jamais été décrite ni reconnue, et n'a jamais eu de herd-book. En 1999, l'Institut de l'élevage et l'Association des éleveurs de la race Saosnoise ont eu la chance de retrouver un troupeau de Bazougers. Un taureau bleu issu de ce troupeau, Melchior, a été collecté. La meilleure vache du troupeau, Aurore, a été rachetée mais il n'a pas été possible de la faire reproduire. Elle a alors été confiée à l'Inra qui a pu faire une biopsie de cellules de son oreille, in extremis avant sa mort à l'âge de 17 ans.

La semence de deux taureaux est utilisable en élevage

En 2002, un clone d'Aurore, Aurore B, est né à la station de l'Inra de Bressonvilliers (Essonne). Aurore B a ensuite donné naissance à deux taureaux fils de Melchior, qui ont tous deux été prélevés. Mais il est interdit d'utiliser en élevage le matériel génétique issu d'animaux clonés. Des semences de Melchior et d'un de ses fils, Valeureux - qui est pour sa part imprégné de Rouge des Prés - sont par contre disponibles. « Avec le pool génétique disponible, il n'est pas possible de retrouver la race pure. Il serait par contre envisageable de créer une « nouvelle Bazougers » : une population bleue et noire et blanche qui intègrerait des gènes de l'ancienne Bazougers », estime Delphine Duclos, de l'Institut de l'élevage. À condition qu'une dynamique forte et pérenne d'éleveurs émerge. Evolution dispose en cuve de 3000 doses environ de Melchior et d'autant de Valeureux.

Source Réussir Bovins Viande

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires