La FNB soutient la ferme « des 1000 veaux »

Lise Monteillet

La FNB soutient la ferme « des 1000 veaux »

Le syndicat défend le projet d’atelier d’engraissement de bovins dans la Creuse, face aux tentatives d’un collectif d’opposants pour le faire avorter.

La fédération nationale bovine (FNB) affiche son soutien au projet porté par des éleveurs de la Creuse et de la Corrèze. « L’atelier d’engraissement de bovins de St-Martial, dans la Creuse, est un projet cohérent, porteur de dynamisme économique et, d’activité pour la région, et entièrement conçu dans le respect des normes environnementales et du bien-être animal. Il inclut de plus le développement d’énergies renouvelables avec une installation photovoltaïque, ainsi que la méthanisation pour la maitrise des effluents », souligne la FNB dans un communiqué. Le syndicat précise : « Ce projet a aussi le mérite d’ouvrir une solution de diversification, de générer une dynamique locale, d’insuffler une perspective ! »

Soutenu par les pouvoirs publics, ce projet génère l’opposition du collectif L-PEA (Lumière sur les Pratiques d'Elevage et d'Abattage) qui a saisi en référé le tribunal administratif de Limoges. Le 29 juillet, un jugement avait suspendu l'exploitation de cette ferme des «1000 veaux».

La FNB estime que « cette initiative se trouve confrontée « à une guérilla médiatique et juridique », par quelques opposants qui s’emploient avec acharnement à vouloir tout casser. Pour quel motif ? On a peine à le comprendre, si ce n’est au final de vouloir faire disparaitre l’élevage en France, sans même mesurer que cela favoriserait l’importation des produits de l’autre bout de la planète, avec là de vraies interrogations sur les normes de production ».

 

 

Sur le même sujet

Commentaires 2

roro

detrompe toi ce projet est porter par des agriculteurs qui se sont associer dans ce projet des 100 veaux

viandeAB

On voit nos représentants syndicaux prendre position pour les 1000 vaches, pour les 1000 veaux en sachant que se sont des projets mis en place par des industriels du BTP entre autre; pourraient ils nous expliquer ce que signifie pour eux le métier d'agriculteurs. Dans ces cas d'industrialisation leurs coop et groupements continue de faire de l'argent mais sans aucun agriculteurs, seulement des salariés, les pourfendeurs de l'intégration sont entrain de la mettre en place à moins que ce soit du métayage déguisé.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires