La race Stabiliser est en plein essor en Angleterre

Sophie Bourgeois

La race Stabiliser est en plein essor en Angleterre
Génisses Stabiliser. Une très grande homogénéité des lots est obtenue par la construction génétique de la race et par le groupement très serré des vêlages. - © Stabiliser Cattle Company

Race composite, construite à partir de Angus, Hereford, Simmental et Gelbvieh, la Stabiliser est économique et facile à conduire, et fournit des carcasses très homogènes.

La race Stabiliser est en plein essor en Angleterre
S. Bourgeois

Givendale Farm, pionnier de haute valeur génétique en Stabiliser

À l'origine de ce troupeau, Richard Fuller (aujourd'hui retiré sur d'autres activités), à Pocklington dans le Yorkshire, a été l'un des pionniers de la Stabiliser. Il a toujours basé sa réflexion sur des résultats scientifiques. À Givendale Farm, les 235 mères Stabiliser sont conduites pour vendre en priorité des génisses prêtes à saillir de 14 mois et des taureaux. Ces génisses sont vendues 1400 livres (2000 euros environ). Un prix pas beaucoup plus élevé que celui des génisses traditionnelles britanniques, mais la demande pour ces Stabiliser de haute valeur génétique est tendue.

Partie de zéro il y a quinze ans, la race composite Stabiliser compte aujourd'hui plus de 30 000 mères au Royaume-Uni. L'origine de ce succès réside tout simplement, selon la Stabiliser Cattle Company, dans les résultats technico-économiques des troupeaux Stabiliser. Ils prouvent la rentabilité de cette génétique. What else ?

La Stabiliser Cattle Company a été créée par cinq éleveurs du Yorkshire, dans le Nord de l'Angleterre. Les cent premiers embryons ont été importés en 1998 de la Leachman Cattle Company, aux USA, élevage qui est à l'origine de la création de cette race composite. La société britannique continue depuis de travailler en étroite collaboration avec la société américaine(1). « Nous ne trouvons pas en Angleterre la génétique que nous recherchons. Aussi, nous continuons d'avoir recours à l'importation d'embryons des États-Unis pour créer de nouvelles lignées de reproducteurs », explique Duncan Pullar, en charge du développement de la race à la Stabiliser Cattle Company. Les objectifs de sélection sont de produire des vaches allaitantes économiques aux irréprochables qualités maternelles, des animaux qui se finissent très vite, et qui présentent une qualité gustative de la viande supérieure. Les avantages de la Stabiliser sont nombreux, selon le spécialiste : une bonne capacité laitière, un poids de naissance faible et un vêlage facile, une bonne vitalité du veau, une excellente fertilité, un tempérament docile, une taille moyenne pour garantir des coûts d'entretien faibles, une bonne précocité sexuelle pour un premier vêlage à 2 ans.

La race Stabiliser est en plein essor en Angleterre

Une vache sans cornes, rouge ou noire de 650 kilos qui vêle seule à 2 ans

Les veaux pèsent en moyenne 35 kilos à la naissance et 280 kilos au sevrage à 7 mois. L'objectif de croissance pour les génisses est d'atteindre les 400 kilos à l'âge de 14 mois. Les vaches qui arrivent en moyenne à 650 kilos à l'âge adulte sont conservées en général jusqu'à l'âge de 8 ans, souvent jusqu'à l'âge de 10 ans. Le taux de mortalité des veaux est de 1 %. Et la période de vêlage dure en moyenne neuf semaines.

Le montage génétique fait intervenir un quart de sang Angus (d'abord rouge, mais maintenant aussi noir), un quart de sang Hereford, un quart de sang Simmental et un quart de sang Gelbvieh(2). « Pour assurer un velâge facile à deux ans, le choix de l'Angus et de la Gelbvieh dans la construction garantit déjà un premier niveau de précocité. Et deuxièmement, des taureaux de 1 an dont la circonférence du scrotum est d'au minimum 34 cm sont sélectionnés. » Selon la Stabiliser Cattle Company, il a été montré que les filles de tels taureaux expriment un niveau plus élevé de précocité sexuelle. Et ce type de taureau permet en même temps de réduire l'étalement des vêlages. « De tels taureaux améliorent de 30 % le taux de fécondité en six semaines de reproduction, par rapport à des taureaux de race pure », avance la Stabiliser Cattle Company.

Une base de sélection de près de 9000 femelles contrôlées dans 85 troupeaux

La Stabiliser Cattle Company est forte d'une base de sélection de près de 9 000 femelles contrôlées dans 85 troupeaux. Un schéma génétique est établi pour la race par le Scottish Rural University College à Edimbourg. Les caractères évalués sont assez analogues aux Iboval français. Depuis trois ans, la race Stabiliser s'est de plus lancée dans l'évaluation de l'efficacité alimentaire nette grâce à une station équipée de la technologie canadienne GrowSafe. Des jeunes bovins mais aussi des génisses ont été testés sur un régime 50 % fourrage – 50 % concentrés. « Les premiers résultats de mesure de l'efficacité alimentaire nette indiquent qu'il est possible de viser une réduction de 12 % des coûts alimentaires et d'environ 20 % des émissions de GES en identifiant les reproducteurs les plus efficients », selon la Stabiliser Cattle Company.

La race Stabiliser est en plein essor en Angleterre

Pour monter un troupeau de Stabiliser, les éleveurs peuvent acheter des génisses prêtes à saillir et des taureaux, ou bien procéder par transfert d'embryons, plus rarement par croisement d'absorption. Des taureaux Stabiliser sont disponibles aussi à l'insémination. Pour assurer leur renouvellement, la plupart des éleveurs utilisent des taureaux Stabiliser, mais ils peuvent aussi croiser leurs vaches. « Ils utilisent alors surtout des taureaux Angus, car la demande commerciale est forte pour la viande de cette race, et aussi des taureaux Charolais ou Limousin », explique Duncan Pullar. L'objectif est de produire des carcasses de 340 kilos à l'âge de 18 mois pour les génisses, et 14 mois pour les mâles. Pour sa valorisation commerciale, la race a développé un partenariat avec l'abatteur Woodheads, qui appartient à l'enseigne de distribution Morrisson.

(1) Il y a environ 500 000 vaches Leachman aux USA.

(2) La Gelbvieh est une race à l'origine allemande et mixte, sélectionnée aux États-Unis comme race allaitante.

Source Réussir Bovins Viande

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

AIGLE201

Eux ils ont compris ce que veut le consommateur, des animaux assez ressemblant entre eux, d'un gabarit plutôt léger, facile d'entretien et qui correspond bien après découpe à la quantité de viande voulu dans l'assiette. Nos carcasses de 5-600 kg correspondent à la boucherie traditionnelle ( 20% de la consommation )mais sont hors course pour le consommateur lambda. On va garder nos labels comme on a gardé la haute couture et pour le reste notre sélection est partie pour être hors course assez rapidement.L'adaptation est sans doute possible car nos animaux sont en général moins gras que les angus... et le consommateur n'aime pas le gras, une chance!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires