Le bilan sanitaire d’élevage. Analyser et adapter sa gestion sanitaire

Marien BATAILLE / Christophe LE MAUX / Dr Didier GUREIN

Le bilan sanitaire d’élevage. Analyser et adapter sa gestion sanitaire

Le bilan sanitaire d’élevage (BSE) prérempli => Pour un suivi sanitaire cohérent afin d’optimiser la rentabilité de son élevage, sécuriser ses pratiques dans le cadre de la filière et bénéficier de la prescription sans consultation systématique.

En ce début de campagne, nous transmettons le BSE prérempli à chaque éleveur. Il apporte des informations sur le descriptif de l’élevage, des éléments de reproduction et des données sanitaires pour la période du 1er septembre 2011 au 31 août 2012.

Une compilation des données pour une meilleure analyse

Le BSE prérempli fournit une synthèse des données que l’éleveur enregistre dans le cadre de ses obligations réglementaires et permet une meilleure analyse. Il intègre :

  • Les données d’identification (source : Service Elevage de la Chambre d’Agriculture) qui permettent d’illustrer les mouvements, les mortalités, des résultats de reproduction...
  • Les données que nous enregistrons en matière de suivi des maladies soumises à prophylaxies de cheptel ou d’introduction et/ou des dépistages ponctuels.
  • Les bilans des pathologies à renseigner par l’éleveur à partir de son carnet sanitaire.

Tout d’abord, une information permettant de connaître la productivité numérique de son troupeau et se situer par rapport aux critères d’alerte

Donnée majeure, la productivité numérique s’avère primordiale à connaître à deux titres. D’une part, elle impacte l’EBE : plus ou moins 5% de productivité numérique influencent davantage l’EBE qu’une augmentation de 20% du coût du carburant ou du prix des aliments et des engrais. D’autre part, elle illustre l’équilibre sanitaire de l’élevage. Une bonne productivité numérique signe une zone favorable d’équilibre sanitaire. A l’inverse, une dégradation doit constituer un critère d’alerte à investiguer. Avec ce document, chaque éleveur peut identifier les points forts et à améliorer en matière de résultats de reproduction. A partir des données sanitaires issues du carnet sanitaire, cela permet de situer son élevage (situation favorable, dégradée ou très dégradée) pour les différentes pathologies rencontrées par catégorie d’animaux.

Ensuite, une base pour la réalisation du BSE annuel, prendre contact auprès de son vétérinaire traitant

La prescription des médicaments vétérinaires est possible, d’une part, après réalisation d’un examen clinique systématique des animaux par le vétérinaire avant chaque prescription et, d’autre part, sans examen clinique systématique, dans le cadre du suivi sanitaire permanent avec les conditions suivantes. Le vétérinaire (ou cabinet vétérinaire) désigné par l’éleveur pour pratiquer le suivi sanitaire permanent de son élevage dispense régulièrement les soins. Il réalise, en relation avec l’éleveur, un BSE annuel. Il établit un protocole de soins au vu du BSE. Il fait des visites régulières de suivi. Le suivi sanitaire permanent de l’élevage est à la charge de l’éleveur. Dans le cas des groupements agréés, la mise en œuvre du programme sanitaire d’élevage (PSE) et les conditions permettant la prescription des médicaments vétérinaires dans ce cadre sont soumis à des règles qui leur sont propres. Lorsqu’une attention suffisante est portée par le couple vétérinaire/éleveur, le BSE contribue à améliorer la prévention dans l’élevage. Toute fourniture au vétérinaire du BSE prérempli peut intervenir mais demande une autorisation écrite de l’éleveur concerné. Nous invitons donc chaque éleveur à échanger avec son vétérinaire pour optimiser l’utilisation de son BSE prérempli.

Le bilan sanitaire d’élevage. Analyser et adapter sa gestion sanitaire

Un protocole de soins pour bénéficier de la prescription hors examen clinique

Dans la continuité du BSE, le vétérinaire rédige un protocole de soins. Ce plan de prévention et de lutte concerté avec l’éleveur intègre, d’abord, les mesures sanitaires puis les mesures médicales (antiparasitaires, vaccination, traitements curatifs…). Il servira de référence pour la prescription des médicaments sans examen clinique. Ce protocole définit la liste des pathologies rencontrées dans l’élevage pour lesquelles une prescription sans examen clinique est possible. Le vétérinaire indique les modalités et les précautions à respecter pour la mise en œuvre des traitements. Au cours de l’année, en fonction des besoins de l’élevage, le vétérinaire prescrit des médicaments et rédige une ordonnance remise à l’éleveur. Pour chaque pathologie, le vétérinaire fixe des critères d’alerte au-delà desquels sa visite sera nécessaire pour sensibiliser l’éleveur sur les risques de voir une situation sanitaire dégénérée et adapter le protocole de soins. Le vétérinaire s’assurera de la mise en œuvre en réalisant au moins une visite de suivi par an.

La plaquette d’offre de services vétérinaires pour aller plus loin dans l’approche collective de son troupeau

Il importe donc que le vétérinaire présente un panel d’offres afin que l’éleveur puisse disposer de la solution qui semble la plus adéquate à ses attentes. Un éclairage par le vétérinaire participera à une meilleure adéquation. Cette relation éleveur – vétérinaire différente illustre cet autre métier qu’est le « conseil » et la nécessité pour chacun de s’adapter. Instaurer un partenariat durable passe par un accompagnement dans le temps mais demande en amont la fourniture d’une offre vétérinaire écrite. Elaborée par les vétérinaires et GDS Creuse, cette plaquette répertorie les services et outils pouvant être proposés : BSE, gestion sanitaire globale, calendrier des plans de prévention et de lutte, réponse à la réglementation, approche technico-économique, maîtrise de la reproduction, étude critique de l’alimentation, gestion du parasitisme, prévention des maladies respiratoires, conception des bâtiments d'élevage, gestion des pathologies néonatales...

Le bilan sanitaire d’élevage. Analyser et adapter sa gestion sanitaire

Une articulation possible du BSE annuel avec la visite sanitaire obligatoire

Mise en place en 2005, la visite sanitaire obligatoire en élevage bovin, réalisée par le vétérinaire sanitaire et financée par l’Etat, est devenue biennale en 2008 et s’est étendue à la santé publique vétérinaire. Elle permet à chaque éleveur de bénéficier des conseils de son vétérinaire sanitaire sur certains points de maîtrise des risques de l’élevage. Pour la campagne 2012-2013, elle se focalise sur les prophylaxies (en particulier la prévention de la tuberculose bovine) et la pharmacie vétérinaire (suivi sanitaire permanent, utilisation des antibiotiques). Nombre des données à collecter pour la visite sanitaire sont utiles au BSE. Pour le BSE, le vétérinaire pourra faire référence au document « visite sanitaire ».

Un suivi sanitaire cohérent et annualisé avec un soutien de GDS Creuse « pour un troupeau sain, sûr et rentable »

Au-delà des contraintes réglementaires réelles, ces évolutions permettent un bilan sanitaire et des conseils sur les bonnes pratiques générales appuyé un an sur deux sur la visite obligatoire payée par l’Etat. Afin de renforcer notre coopération pour un troupeau sain, sûr et rentable, nous mettons à disposition notre panel d’outils d’accompagnement et d’aide en collaboration avec les vétérinaires. De prochains articles détailleront certains de ces outils. Pour tout renseignement complémentaire, contactez votre vétérinaire ou GDS Creuse.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires