Le GRASL : OVS pour le domaine animal Agir ensemble pour l’excellence sanitaire

GDS Creuse

A la tribune de cette 32ème Assemblée Générale du GRASL, autour de Philippe Monteil (Président GRASL et GDS 23), étaient présents Maurice Demichel (Président GDS 19), Michel Gandois (Président CDAAS (GDS 87)), Bernard Germaneau (Commissaire aux comptes) et Bernard Giraud (Directeur délégué GRASL).

Groupement Régional d’Action Sanitaire du Limousin => Le GRASL (structure régionale des GDS du Limousin) a tenu, ce 6 juillet, à Limoges, sa 32ème Assemblée Générale sous la présidence de Philippe Monteil.La situation sanitaire des élevages de notre Région Limousin est globalement satisfaisante. Une forte évolution de notre environnement marque ce début 2015.

Un environnement en forte évolution

Ces changements ont lieu au niveau local avec les nouveaux Conseils Départementaux, régional avec les nouvelles grandes régions, national avec la loi d’avenir pour l’agriculture et européen avec la nouvelle PAC et une nouvelle réglementation sur la santé animale. Dans ce contexte, le GRASL souhaite poursuivre les projets présentés l’année passée : finalisation de la mise en place de la nouvelle politique sanitaire, renforcement des plans de lutte contre l’IBR et la BVD et amplification de la sensibilisation à la prévention dans le cadre d’une approche collective du troupeau.

Le réseau des GDS au cœur de l’évolution de la gouvernance sanitaire…

Le rôle renforcé reconnu au réseau des GDS lui confère de nouvelles responsabilités au service des éleveurs et de ce bien public qu’est la santé animale. Le travail d’adaptation nécessaire est maintenant dans une phase de finalisation avec :

  • une poursuite des chantiers pour obtenir l’accréditation du GRASL,
  • une reconnaissance du pôle sanitaire régional, constitué par le GRASL et la FREDON, comme Association Sanitaire Régionale dès que les conditions seront publiées,
  • la mise en place des sections régionales par espèce pour recueillir les besoins de chacune et construire les programmes collectifs volontaires correspondants que le GRASL présentera au CROPSAV (Conseil Régional d’Orientation de la Politique Sanitaire Animale et Végétale),

… dans un contexte de redéfinition des régions avec une proximité maintenue

Ce travail est conduit dans la perspective de la nouvelle région constituée avec l’Aquitaine et Poitou-Charentes dès 2016. Parallèlement, le GRASL, par l’intermédiaire de ses sections départementales s’assurera de l’efficience à répondre aux demandes des éleveurs, ce qui constitue sa 1ère priorité. Par des échelons départementaux forts, en relation étroite avec les vétérinaires et les autres intervenants, son organisation continuera de permettre la proximité pour garantir cette priorité.

Un renforcement de l’échelon régional pour les missions de suivi des prophylaxies bovines et de lutte contre les maladies

Depuis début 2015, les délégations de l’Etat dans le cadre des prophylaxies bovines de la tuberculose, de la brucellose et de la leucose se font dans le cadre régional de l’OVS. La répartition des missions entre les DDCSPP et les GDS, sections départementales de l’OVS est modifiée par les nouvelles conventions et un cahier des charges national est en cours de finalisation pour une application à partir de la prochaine campagne.

Pour l’IBR, le Limousin connaît une situation favorable qui poursuit son amélioration. L’impact économique grandissant de la paratuberculose fait que plus d’élevages entrent en plan d’assainissement.

Une accélération de l’assainissement IBR

Les décisions prises par le Conseil d’Administration de GDS France début 2014 en matière d’éradication de l’IBR et de la BVD sont en cours de finalisation. 

Pour l’IBR, afin d’aller rapidement vers la fin de l’assainissement, un nouvel arrêté ministériel va prévoir la mise en place d’une appellation pour tous les cheptels bovins, un renforcement des actions dans les élevages détenant au moins un bovin positif et une amélioration des outils disponibles en cas de non-réalisation des actions prévues dans les textes. En parallèle, un travail de fond sur les kits d’analyse est en cours avec pour objectif la mise en œuvre de nouveaux outils dès cette fin d’année. Des actions sont également conduites pour faire reconnaître le programme national d’éradication de la maladie au niveau européen ce qui facilitera les échanges commerciaux.

Une prochaine éradication de la BVD

Pour la BVD, suite aux travaux lancés par le Conseil d’Administration de GDS France, l’année 2015 est principalement consacrée à l’élaboration de propositions de programmes de lutte à mettre à la disposition des régions. Les représentants du GRASL se sont fortement investis dans ces travaux. En parallèle, dans les départements, se poursuivent le dépistage systématique à l’introduction et l’accompagnement des élevages où de la circulation virale BVD est identifiée avec ou sans cas clinique avec renforcement de la recherche des causes de contamination et du suivi du plan d’assainissement.

Une amplification de la sensibilisation à l’approche collective du troupeau dans le cadre du concept « Le Sanitaire… J’adhère ! »

L’élevage est en mutation. Les exploitations agricoles changent, l’environnement sociétal, réglementaire et technico-économique aussi. Les crises sanitaires, les attentes des consommateurs vis à vis de la sécurité alimentaire et du respect de l’environnement, les récentes mises en cause de l’utilisation du médicament vétérinaire, notamment vis à vis de l’antibiorésistance,… nous imposent d’adapter nos pratiques pour associer impératifs techniques, rentabilité économique et attentes sociétales.

Avec « Le sanitaire… j’adhère ! », une coopération pour un troupeau sain, sûr et rentable

La prévention qui permet un troupeau sain, ce sont des résultats économiques renforcés, un bien-être animal amélioré, des pathologies et, ainsi, des utilisations de médicaments diminuées. Suivre le concept « Le Sanitaire… J’adhère ! », c’est répondre de manière synergique à nos besoins internes (techniques et économiques) et externes (besoins commerciaux, attentes sociétales pour lesquelles nous devons être à l’écoute mais aussi acteurs). Il associe bilan, analyse, apport de garanties, protection avec les outils disponibles, notamment les aides techniques et financières du GRASL et des GDS. Cela demande une implication particulière de l’éleveur et de son vétérinaire dans cette démarche. Les résultats sont patents… la marge de progression reste conséquente !

Un renforcement des outils

Dans ce contexte, le GRASL va renforcer ses services :

  • Par l’intermédiaire des plans régionaux. Que ce soit pour les filières bovines ou ovines, l’utilité des plans du GRASL a été reconnue. Les programmes 2015-2020 sont en cours de finalisation. Les propositions s’appuient sur les apports des plans précédents et intègrent les nouveaux besoins.
  • En réfléchissant à une adaptation du plan sanitaire d’élevage du GRASL, outil original au service de notre région qui demande à évoluer parallèlement aux besoins des différents intervenants. Pour cela, un audit est actuellement en cours et toutes les personnes intéressées seront invitées à participer. Les conclusions seront présentées à la fin de cette année.
  • Par l’actualisation du catalogue de formations sanitaires en relation avec les demandes effectuées par les éleveurs et les opportunités offertes par VIVEA.

Une adaptation aux nouveaux défis

Au terme de cette Assemblée Générale, Philippe Monteil a tenu à remercier l'ensemble des partenaires du GRASL : GDS, CIA, vétérinaires praticiens, Groupements Techniques et Syndicats Vétérinaires, Organisations économiques, Structures Agricoles, Directions Départementales de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations, Direction Régionale de L'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt, Laboratoires Départementaux d'Analyses, Conseil Régional et France Agrimer. Pour finir, il a indiqué que l'expérience acquise par le GRASL depuis plus de 30 ans et par les GDS depuis plus de 60 ans aidera les éleveurs et l’élevage limousins à s’adapter aux nouveaux défis.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires