Les professionnels réclament l’étiquetage des produits à base de viande

Les professionnels réclament l’étiquetage des produits à base de viande
Si la viande fraîche doit mentionner l'origine, ce n'est pas le cas pour les produits transformés à base de viande.

Les syndicats agricoles et les professionnels de la viande et du bétail (Interbev) en France réclament que soit imposée "l'indication obligatoire du pays d'origine de la viande" sur l'étiquette des produits à base de viande, sans attendre la législation européenne.

"A la suite de l'annonce de la découverte de viande chevaline dans des plats cuisinés à base de bœuf, l'Association Nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes (Interbev) demande aux pouvoirs publics d'imposer immédiatement, et sans attendre une décision de la Commission Européenne, l'indication obligatoire du pays d'origine de la viande" dans les préparations, a-t-elle annoncé dans un communiqué". 

Depuis 2002, la viande bovine est soumise à une réglementation européenne stricte sur l'étiquetage à l'étal qui impose de préciser "le lieu de naissance, le lieu d'élevage et le lieu d'abattage des bovins". La filière française avait adopté cette pratique dès 1996, après la première crise de la vache folle. Mais si la viande fraîche doit mentionner l'origine, ce n'est pas le cas pour les produits transformés à base de viande, qui ont seulement l'obligation de mentionner le type de viande utilisée.

De son côté,  la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) juge également "urgent que l'origine des matières premières agricoles soit mentionnée dans les produits transformés". C’est pour elle, « un enjeu de transparence vis-à-vis du consommateur et de condition de concurrence équitable pour les éleveurs français".  Le principal syndicat agricole français dénonce "la recherche de prix toujours plus bas, la recherche par certains de marges toujours plus hautes" ainsi que "la spéculation et le trading sur l'alimentation (qui) conduisent à ces dérives inacceptables".

Tout en rappelant que cette tromperie n’a aucune incidence sur la santé des consommateurs, la Coordination rurale  réaclame, elle aussi, « qu’un système de traçabilité infaillible soit imposé à tous les maillons de filière (étiquetage du producteur au consommateur) même pour les produits transformés. »

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires