Lutte contre le campagnol terrestre : une campagne de maitrise des populations en décembre.

Dr Didier GUERIN

Lutte contre le campagnol terrestre : une campagne de maitrise des populations en décembre.

Face à la progression de ce nuisible dans notre département, la maîtrise collective des populations se met en place. Une campagne de lutte va se dérouler en Creuse en cette fin d'année.

Le campagnol terrestre conquiert progressivement de nouveaux secteurs. Implanté dans le Puy de Dôme et la Corrèze, il a gagné notre département par le sud. Le campagnol terrestre a progressé de manière significative vers le nord du département au cours des deux dernières années. Cette évolution a été mise en évidence par une campagne de relevés d'infestations réalisée conjointement la dernière semaine du mois d'octobre par les techniciens de Farargo Creuse et de la Chambre d'Agriculture.

Un nuisible des prairies

Le campagnol terrestre sévit dans les prairies de Franche Comté, d'Auvergne, du Limousin, des Savoie, des Pyrénées Centrales et de Champagne – Ardennes entre 400 et 1.200 mètres d'altitude. En outre, cette espèce occasionne des dégâts importants aux parcelles de grandes cultures, d'arboriculture et de maraîchage incluses dans les zones herbagères. Il présente un poids adulte de 60 à 120 g et une longueur de 12 à 22 cm. Le campagnol terrestre se nourrit principalement de racines. Il s'attaque essentiellement au capital de la prairie, peu à son usufruit. Les pertes à la récolte peuvent atteindre jusqu'à 6 tonnes de foin sec à l'hectare.

Un nuisible à différencier de la taupe

L'évacuation des déblais constitue un critère de reconnaissance entre le campagnol terrestre et la taupe. Pour le campagnol terrestre, on observe une répartition homogène des “ taupinières ” par taches avec des puits obliques et un diamètre des galeries permettant le passage de trois doigts. Par contre, pour la taupe, la répartition des taupinières se présente souvent en lignes avec des puits verticaux et un diamètre des galeries permettant le passage de deux à trois doigts. Si vous pensez être confrontés à du campagnol terrestre, regardez avec précision et faîtes appel à un technicien pour confirmer ou infirmer votre suspicion.

Un nuisible prolifique

La période de reproduction s'étend de février à octobre. En nature, la femelle met bas au plus 4 portées par an de 1 à 8 petits (4 en moyenne). On notera également la précocité de la maturité sexuelle atteinte au bout de 8 à 9 semaines en été. La densité de population peut dépasser 1.000 individus à l'hectare en cas de pullulation.

Une lutte intégrant différents outils

Différentes méthodes pouvant être combinées comme la modification des pratiques agricoles, le piégeage ou l'empoisonnement (PH3 ou bromadiolone). Le PH3 pourra présenter une certaine efficacité lors d'infestation mixte (taupes et campagnols terrestres) avec une faible infestation en campagnols terrestres et un suivi régulier. L'application du PH3 ne peut être réalisée que par un opérateur certifié appartenant à une structure agréée.

Un cadre réglementaire collectif pour l'utilisation de la bromadiolone

Pour lutter contre le campagnol terrestre, l'emploi de la bromadiolone n'est possible que dans le cadre d'une lutte collective confiée aux GDON (Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles) et FDGDON (Fédération Départementale des GDON) sous le contrôle du SQSA (Service de la Qualité et de la Sécurité Alimentaire, anciennement SRPV). Tout agriculteur intéressé par la lutte collective contre le campagnol terrestre avec utilisation de bromadiolone doit :
Etre adhérent à un GDON (consulter son GDA qui en est le support administratif).
Faire un relevé de densité (infestation <50% pour pouvoir utiliser la bromadiolone). Les feuilles de relevés de densité sont disponibles dans chaque GDA, sur wwww.gdscreuse.fr, www.faragocreuse.fr ou www.limousin.synagri.com.
Informer son GDA qu'il souhaite mettre en place cette lutte sur son exploitation en lui fournissant la feuille de relevé dûment remplie.
Le traitement doit alors intervenir dans les 30 jours qui suivent le relevé de densité.

Un schéma départemental pour une simplification de l'organisation

Pour la réalisation pratique du traitement avec la bromadiolone, le schéma départemental suivant a été mis en place :
Les appâts utilisables sont des appâts secs prêts à l'emploi colorés en bleu dosant 0,005% de bromadiolone (les emballages portent la mention réglementaire : “ Réservé aux groupements de défense contre les organismes nuisibles et aux professionnels de la dératisation agréés ”).
Les besoins sont notés sur la fiche de relevé de densité. L'approvisionnement est alors réalisé par Farago Creuse en fonction des demandes notées sur la feuille de relevé fournie à son GDA ou à GDS Creuse.
Les appâts doivent être introduits sous terre et ne doivent pas être accessibles de l'extérieur. Les parcelles font l'objet d'une surveillance pendant 3 semaines pour s'assurer que les appâts sont correctement enfouis et, dans la mesure du possible, ramasser les animaux empoisonnés.
Un registre des traitements avec quantité d'appâts reçus et utilisés, lieux de traitement et dates d'intervention doit être tenu.

Les autres obligations demandées

Etant donné l'impact possible de l'utilisation d'un anticoagulant en milieu extérieur sur l'ensemble de la faune (d'où la nécessité de bien soigner l'enfouissement des appâts), le Président du GDON a pour obligations (appui administratif de GDS Creuse) :
Au moins 72 heures avant les campagnes de traitement, d'envoyer un avis de traitement aux maires des communes concernées, au SQSA, à la direction régionale de l'environnement, aux présidents des ACCA, aux deux interlocuteurs départementaux du réseau SAGIR (ONCFS, fédération départementale des chasseurs).
Tenir un registre de traçabilité des produits (quantité d'appâts reçus et utilisés pour chaque destinataire, lieu de traitement, exploitant concerné et dates correspondantes).
Fournir ces éléments à la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) à chaque fin de période de lutte collective.

Une mise en place d'une campagne de traitement à l'entrée de l'hiver...

L'activité importante du campagnol terrestre en début d'hiver, nécessite la mise en place d'une campagne de traitement au sein de notre département. Si vous êtes confrontés à une infestation de campagnols terrestres, agissez avant que la densité ne soit trop importante. Remplissez et fournissez votre feuille de relevé de population avant le 1er décembre 2010 à votre GDA afin de pouvoir être intégré dans le schéma de lutte collective mis en place sur le mois de décembre en Creuse. Contacter votre GDA ou GDS Creuse pour plus de renseignements.

Source Groupement de Défense Sanitaire de la Creuse

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires