Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Baisse des cours des JB, stabilité en vaches de qualité moyenne.

Office de l'Elevage

Au niveau communautaire, la période de baisse saisonnière des abattages de vaches de réforme laitières et allaitantes et d'augmentation de la part des JB dans les abattages a débuté. Cela devrait se traduire, dans les semaines qui viennent, par une hausse du prix des vaches et un repli de celui des JB (ce qui se passe déjà actuellement en Allemagne). Mais pour l'ensemble de l'UE, en semaine 11, ce n'est que partiellement le cas : le prix moyen des vaches et des JB est en progression. Le prix moyen des gros bovins, à 2,89 € le kg, est cependant en recul de 0,3 % sur la semaine et de 1,5 % comparé à celui de 2008. Depuis le début de l'année, il progresse de 1,3 %. Les classes d'animaux de référence (vaches O3 et JB R3), représentatives dans les principaux pays producteurs que sont la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Irlande et les Pays-Bas, ne sont pas déterminantes cette semaine dans la formation du prix moyen communautaire. Ce sont les cours des très bons JB de la classe U3 qui tirent ce prix vers le bas ( 1,2 %) alors que ce sont ceux des vaches de qualité très moyenne (O2) qui progressent le plus (+ 1,3 %).

Le cours des JB R3 augmente en moyenne de 0,3 % sur la semaine, à 3,33 € le kg. Il est de 5,1 % supérieur à celui de 2008 et en hausse de 1 % depuis le début de l'année. En Italie où le manque de JB finis reste important, le prix enregistre une hausse de 3,1 % alors qu'en Allemagne le prix subit un coup d'arrêt de 0,8 % en raison d'une nette augmentation de l'offre et sans doute de la fin des approvisionnements en viande pour Pâques du côté des abattoirs. Les exportations allemandes sur l'Italie sont en concurrence avec celles de Pologne. Sur la Grèce, la période de carême limite les importations (dont la réduction est estimée à 30 % environ). Comparés à ceux de 2008, les prix actuels sont à + 5,9 % en Allemagne et à + 7,7 % en Italie.
En Irlande, la cotation des boeufs R3 continue de reculer, de 0,5 % sur la semaine, à 2,93 € le kg ( 7,9 % en un an).

Le prix moyen des vaches O3 est en hausse de 0,6 %, à 2,385 € le kg. Il est en recul de 4,7 % rapporté à son niveau de 2008, mais progresse de 3,5 % depuis le début de l'année. La situation est contrastée dans les principaux pays concernés par ce type de production : cours stable en Italie, en hausse de 0,4 % en Allemagne et en repli de 0,6 % aux Pays-Bas, malgré des apports relativement faibles. Dans ces 3 pays, les prix moyens se tiennent dans une fourchette de 2,44 à 2,48 € le kg. Comparés à ceux de 2008, les prix restent en net recul : de 7,2 % en Allemagne, de 7,8 % en Irlande et de 3,6 % aux Pays-Bas.

Dans la filière veau, le prix moyen de la viande est stable, à 4,90 € le kg, mais en baisse de 13,5 % par rapport à 2008. Le prix est inchangé à la fois en Italie et aux Pays-Bas.
Par contre, pour les veaux de 8 jours, la cotation progresse de 6,3 % sur la semaine, à 185,25 € la tête. Cette remontée du prix est à prendre avec circonspection, puisque, là encore, il est reconduit en Italie et aux Pays-Bas, alors qu'il explose en Irlande (+ 59,5 %) et au Royaume-Uni (+ 45,1 %). Il n'y a pas d'explication plausible à une telle progression.

En France, en semaine 12, la tendance à la stabilité des prix des JB de ces dernières semaines et à la hausse des cours des vaches marque le pas. A une faible demande en JB vient s'ajouter la progression saisonnière des sorties. L'approche de la fin de la campagne laitière provoque elle aussi une légère augmentation des sorties et une reconduction des cours après un mois de hausse. Et ceci dans un contexte de baisse de la consommation : 8 % en février 2009 comparé au mois précédent, 3,4 % entre février 2008 et février 2009 (contre 2,6 % pour l'ensemble des viandes) selon les données TNS. Il faut cependant souligner que sur une courte période (janvier à février 2009) la consommation de steak haché congelé a progressé de 12 %, avec un prix en hausse de 3,7 % (sur un an, elle baisse de 1,4 % et le prix au détail augmente d'autant).
A 2,96 € le kg, le prix moyen des gros bovins recule de 1 centime du kg, en semaine 12. Il est de 3,3 % inférieur à celui de 2008 et progresse de 1,4 % depuis le début de l'année.

La cotation des qualités bouchères R est en repli de 1 centime du kg pour les vaches et les boeufs, de 2 centimes pour les génisses.

Les cours des vaches O et P destinées à l'industrie de transformation sont reconduits, à 2,57 et 2,35 € le kg (respectivement 7,9 et 8,6 % par rapport à 2008).
Ceux des JB U sont stables à 3,56 € le kg (+ 3,5 % en un an), tandis que ceux des classes R et O baissent de 2 centimes, à 3,27 et 2,84 € le kg (+ 2,8 et + 2,9 % en un an).

Dans le secteur des broutards, la modestie de l'offre, une activité régulière liée à la demande pour la repousse à l'herbe (nourriture des animaux à l'herbe pour les alourdir) et à la demande italienne ciblée sur des bêtes de 400-450 kg vif bien conformées permettent de maintenir des prix élevés par rapport à ceux de 2008 : + 18,3 % pour les charolais de 450 kg, + 17,5 % pour ceux de 350 kg, + 16,3 % pour les croisés et + 13,8 % pour les limousins de 300 kg. La demande d'animaux légers vers l'Espagne est moins soutenue.

Dans la filière veau, la situation est comparable à celle des semaines précédentes : reconduction du prix de la viande à 5,48 € le kg ( 12,6 % en un an) et hausse de la cotation des veaux de 8 jours, à 122,43 € la tête (+ 3,7 % sur la semaine, 2,3 % sur l'année).
Pour les premiers, l'équilibre offre-demande tient toujours, malgré l'inconnue que constitue la consommation ( 1,7 % entre février 2008 et février 2009 selon TNS, + 8 % en février 2009 rapporté à janvier 2009) et la concurrence de la viande des Pays-Bas qui arrivent à ajuster les rations alimentaires en fonction du prix du lactosérum et de la poudre de lait. Pour les seconds, la tension sur les prix vient de l'offre limitée alors que les ateliers d'engraissement vont bientôt se remplir d'animaux qui sortiront à la rentrée de septembre, moment de la traditionnelle reprise de la consommation de veau après l'été.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires