Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Baisse sensible des cours des vaches de réforme laitières.

Office de l'Elevage / DEP

Dans l'UE, en semaine 41, le prix moyen des gros bovins est stable, à 2,97 € le kg. Il est ainsi de 7,9 % supérieur à celui de 2007 à la même période. Depuis le début de l'année, il est en moyenne en hausse de 6,1 %. Cet équilibre tient à la compensation du tassement du prix des vaches par la fermeté des cours des JB. C'est en Irlande que la situation des prix est la plus tendue, avec un recul du prix moyen de 1,4 % suite à des sorties plus importantes d'animaux cette semaine (et malgré une baisse de 6 % en cumul depuis le début de l'année). La hausse des apports est également à l'origine du recul (- 0,9 %) du prix moyen aux Pays-Bas. En Allemagne, la fermeté des prix se confirme, en particulier pour les JB.

Le cours moyen des JB R3 est en progression de 0,3 %, à 3,25 € le kg, dépassant de 8,7 % celui de 2007. En Italie, il est reconduit, malgré la hausse des prix des animaux importés (en particulier d'Espagne) et la réduction des offres polonaises. Le prix italien est à +4,2% comparé à celui de 2007. Une offre à peine suffisante dans toute l'Allemagne entraîne une hausse du prix de 1,1 % (+ 11,9 % en un an).
Le prix moyen des boeufs irlandais R3 est en recul de 1,4 %, à 3,12 € le kg (+7,7 % en un an).

Le cours des vaches O3 enregistre en moyenne un repli moindre que celui des semaines précédentes. Il est de 0,3 %, à 2,50 € le kg, mais sur une année il est en hausse de 5,7 %. Le recul est sensible en Irlande (- 2 %) et aux Pays-Bas (- 1%), pratiquement nul (- 0,1 %) en Allemagne. Dans ces 3 pays, rapportés à 2007, le niveau de prix reste élevé : + 7,5 % en Allemagne, + 24,9 % en Irlande, + 11,4 % aux Pays-Bas.

Dans la filière veau, le prix de la viande continue de progresser, de 0,2 %, à 4,77 € le kg, mais il est de 25,8 % en dessous de celui de 2007. Les prix néerlandais et italien sont reconduits dans un contexte d'offres limitées. La hausse du prix communautaire est liée à la remontée des prix en France.
A 152,47 € la tête, le prix moyen des veaux de 8 jours progresse de 1,7 % sous l'effet du prix néerlandais (+ 3,6 %). En Italie, c'est la stabilité.

En France, le prix moyen des gros bovins continue de baisser comme il le fait régulièrement depuis la mi-août, de 1 centime en semaine 42, à 3,03 € le kg. Il est ainsi de 2,9 % inférieur à celui de 2007 à la même période. Depuis le début de l'année, il est en moyenne en recul de 2,6 %.
Le secteur semble durablement touché par le manque de consommation. Les achats des ménages se portent en priorité sur la viande porcine qui est moins chère.

A la fois soutenus par l'exportation, en particulier vers l'Italie, et en raison de la limitation des apports, les cours des JB U et R poursuivent leur progression qui est de 2 centimes, à 3,49 € et 3,26 € du kg. Ils sont respectivement supérieurs de 7,4 et 7,6 % à ceux de l'année dernière.

Les effectifs en vaches présents sur les marchés sont trop nombreux par rapport à la demande. L'offre en vaches de réforme et industrielles est large. Les prix enregistrent des baisses plus sensibles que celles des semaines précédentes, de 5 centimes pour les vaches O et de 4 centimes pour les vaches P, à 2,69 et 2,40 € le kg, soit 6,9 et 9,1 % de moins qu'en 2007.

Les prix des animaux de qualité bouchère R sont en repli de 2 centimes pour les vaches, à 3,28 € le kg (- 0,6 % en un an), de 3 centimes pour les boeufs, à 3,19 € (+ 0,9 %), et de 1 centime pour les génisses, à 3,40 € (- 0,6 %).

Sur le marché des broutards, alors que dans l'ensemble les prix des mâles limousins et charolais sont plutôt stables, ceux des croisés progressent de 8 centimes, à 2,21 € le kg. Les petites femelles charolaises partent sur l'Espagne à des prix de plus de 400 € par animal.

Dans la filière veau, le prix de la viande poursuit sa remontée amorcée au début du mois d'août, avec une hausse de 2 centimes, à 5,47 € le kg, mais à 17,9 % en dessous de son niveau de 2007.
Après le rebond de la semaine dernière, le cours des veaux de 8 jours est à nouveau en baisse, de 4,7 % sur la semaine, à 58,61 € la tête. Sur un an, il recule de 39,6 %. Les intégrateurs sont réticents à mettre en ateliers d‘engraissement des animaux qui sortiront en février prochain, à un moment où la consommation de viande de veau n'est traditionnellement pas bonne. Par ailleurs, les vêlages dans les troupeaux laitiers restent conséquents.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires