Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Des prix orientés à la hausse, sauf pour les qualités bouchères.

Office de l'élevage / DEP

En semaine 48, dans l'UE, le prix moyen des gros bovins , après plusieurs semaines de baisse, progresse de 0,4 %, à 2,85 € le kg. Il est ainsi de 3,8 % supérieur à celui de 2007 à la même période. Depuis le début de l'année, il est en hausse de 1,7 %. Dans la plupart des pays, les grossistes et ateliers de découpe ont commencé les premiers achats en prévision des fêtes. Le prix moyen en Allemagne augmente de 1,7 %, le prix irlandais de 0,8 % et les cours néerlandais de 0,5 %. En Italie, les prix sont reconduits.

Le prix moyen des JB R3 progresse de 0,6 % sur la semaine, à 3,28 € le kg, soit une hausse de 6,9 % en un an et de 4,3 % depuis le début de l'année. En Allemagne, la demande est soutenue en raison des ventes promotionnelles, avec une hausse de 1,2 % (et de 8,8 % sur un an) :les abattoirs couvrent sans problème leurs besoins.
Le prix moyen des boeufs R3 en Irlande est lui aussi en hausse, de 0,5 %, à 2,98 € le kg (+10,3 % en un an). Les abattages sont en baisse de 12 % comparés à ceux de 2007, soit 35 000 boeufs.

Les cours des vaches O3 augmentent en moyenne de 0,7 %, à 2,26 € le kg, en raison d'offres plus limitées sur les marchés. Par rapport à 2007, il est en léger recul de 0,4 % et en repli plus marqué (-2,4 %) depuis le début de l'année. Dans les principaux pays producteurs, la tendance est au resserrement de la fourchette des prix entre le prix néerlandais (à 2,33 € le kg), le prix allemand (à 2,38 €), le prix français (à 2,42 €) et le cours irlandais, le plus élevé actuellement de l'UE, à 2,46 €. L'écart est ainsi d'environ 5 %. Les prix actuels restent supérieurs à ceux de 2007 : de 2,7 % en Allemagne, de 12 % en Irlande et de 6,6 % aux Pays-Bas.

Dans la filière veau, le prix moyen de la viande progresse de 1,1 %, à 4,69 € le kg, avec une nette remontée en Italie (+4,1 %). Mais il reste de 27,2 % en dessous de celui de 2007.
A 152,64 € la tête, le cours des veaux de 8 jours remonte lui aussi (0,8 %), sous l'effet de la hausse aux Pays-Bas ( +6,8 %). Cette hausse pourrait être la conséquence des restrictions de transport d'animaux, en particulier vers la Belgique.
De janvier à fin novembre 2008, les exportations néerlandaises de viande de veau sont en recul de 9,7 % (soit 18454 tonnes) comparées à la même période de 2007

Avec la fin de la décharge des herbages et le début des approvisionnements pour les fêtes de fin d'années, les prix en France sont orientés à la hausse en semaine 49. Le prix moyen des gros bovins progresse de 1 centime, à 2,89 € le kg . Il est de 5,6 % inférieur à celui de 2007 et en recul de 7 % en moyenne depuis le début de l'année.

En raison de la bonne demande italienne, les cours de toutes les classes de JB sont en hausse de 2 centimes : à 3,50 € le kg pour les U (+3,9 % en un an), à 3,25 € pour les R (+3,5 %) et 2,87 € pour les O (-1 %).

Les prix des vaches O et P destinées à l'industrie de transformation progressent respectivement de 2 et de 1 centimes, à 2,46 et 2,17 € le kg (-10,2 et -13,6 % par rapport à 2007). La hausse est le résultat d'une offre désormais limitée en réformes laitières. Pour les races à viande, le facteur limitant reste la demande.

Les prix des qualités bouchère en vaches R sont reconduits, à 3,12 € le kg (-1,9 % en un an) tandis que ceux des boeufs et génisses reculent de 1 centime, à 3,11 € le kg (soit leur niveau de 2007) et à 3,27 € (-2,7 % ).

Sur le marché des broutards les prix sont globalement reconduits, à l'exception de ceux des mâles limousins qui reculent de 2 centimes le kg. Les prix restent, pour les animaux cotés, entre 2 et 3 % supérieurs à ceux de 2007.

La cotation des veaux de boucherie s'établit à 5,47 € le kg depuis maintenant plus de deux mois, mais à -18,2 % de celle de 2007. La période n'est pas propice à la consommation de viande de veau. Le marché tient par un équilibre entre l'offre et la demande, mais un équilibre précaire.
A 70,89 € la tête, le prix des veaux de 8 jours progresse de 5,6 % sur la semaine. On est en période de fin de vêlage dans les troupeaux laitiers. Les entrées en ateliers d'engraissement sont en ce moment inférieures à celles de 2007. Le prix moyen est de 36,1 % en dessous de celui de 2007. Les débouchés restent limités. L'inquiétude des engraisseurs reste les prix très bas pratiqués aux Pays-Bas.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires