Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Orientation globale des prix à la baisse pour les gros bovins :

FranceAgriMer

Dans l'UE, en semaine 21, le prix moyen des gros bovins recule de 0,2 %, à 2,97 € par rapport à la même période de 2008 et de 0,6 % comparé à son niveau de début d'année. Dans les principaux pays producteurs, les évolutions de prix sont peu sensibles sur la semaine : + 0,1 % en Allemagne, + 0,3 % en Irlande, 0,3 % en Italie et 0,4 % aux Pays-Bas.

Le prix moyen des JB R3 est en recul de 1,2 %, à 3,15 € le kg. Il est pour la première fois de l'année inférieur à celui de 2008. Comparé à son niveau de début d'année, il est en repli de 4,9 %. Alors qu'il est stable en Allemagne, le prix en Italie est en nette baisse de 4,7 %. Il y aurait trop d'offres sur le marché italien. Les animaux importés en grand nombre en Italie au début de l'automne dernier (alors âgés de 8 mois) et qui ont été engraissés dans ce pays sortent maintenant, à l'âge de 17-18 mois. Dans l'UE, en semaine 21, le prix moyen des gros bovins recule de 0,2 %, à 2,97 € le kg. Cet afflux de viande peut expliquer le recul des prix, d'autant plus que le niveau de consommation est faible en raison des températures déjà élevées. Par ailleurs, le Brésil se repositionne sur le marché des découpes en Italie, tout en proposant des prix relativement proches du marché européen. Les prix actuels sont de 3,2 % inférieurs à ceux de 2008 en Allemagne et de 0,7 % en Italie.
En Irlande, le prix moyen des boeufs R3 progresse de 0,3 %, à 3,28 € le kg ( 10,1 % en un an). L'offre varie peu sur les marchés.

La cotation des vaches O3 est reconduite à 2,87 € le kg. Sur l'année, elle diminue de 8,3 %, mais progresse de 4 % comparée à celle du début de 2009. Les principaux pays concernés par cette production enregistrent des évolutions de prix légèrement positives : 0,2 % en Irlande et aux Pays-Bas, 0,1 % en Allemagne. A 2,50 € le kg, les prix irlandais et néerlandais sont comparables, à 4,9 % du prix français qui est le plus élevé de l'UE.

Dans la filière veau, le prix moyen de la viande est en hausse de 0,9 %, à 4,69 € le kg ( 3 % en un an). Il est stable aux Pays-Bas malgré une offre abondante et augmente de 3,6 % en Italie.
A 204,68 € la tête, la cotation des veaux de 8 jours continue d'augmenter de 0,4 % sur la semaine, mais sur un an, elle chute de 26,8 %. Aux Pays-Bas elle est en hausse de 4,1 % sur la semaine et en Italie de 2 %.
En cumul depuis janvier 2009 comparées à la même période en 2008, les exportations néerlandaises de viandes de veau sont en recul de 14,6 %.

En France, en semaine 22, le prix moyen des gros bovins est en recul de 1 centime, à 2,95 € le kg. Il est ainsi de 6,1 % inférieur à celui de 2008 à la même période, mais progresse de 1 % depuis le début de l'année. L'offre est plus ou moins adaptée à la demande dans un contexte de légère hausse de la consommation.

Les cours des JB continuent d'être orientés à la baisse : 2 centimes pour les O (à 2,62 € le kg), 1 centime pour les R à 3,04 €). Ceux des JB U sont stables à 3,34 €. Les prix actuels sont en dessous de ceux de 2008 : de 7,7 % pour les O qui suivent le net ralentissement du prix des vaches, de 2,9 % pour les R et de 1,5 % pour les U.

L'afflux en vaches de réforme laitières, qui avait correspondu à la fin de la campagne laitière, s'est ralenti, mais les disponibilités en vaches de réforme allaitantes augmentent. Par rapport à 2008, la BDNI enregistre un surplus de 58.000 vaches allaitantes de plus de 30 mois (ainsi qu'un nombre important de génisses, soit 45.000 animaux de 22 à 30 mois qui n'ont pu être exportées en broutards en 2008). Alors que les laitières sont utilisées pour la fabrication de produits bon marché, les allaitantes sont transformées en produits de qualité qui subissent une moindre demande de la part des ménages. La cotation des vaches O et P recule de 1 et de 2 centimes, à 2,64 et 2,43 € le kg, celle des R est stable à 3,18 €. Les prix sont nettement inférieurs à ceux de 2008 : 6,5 % pour les R, 9,3 % pour les O et les P, mais depuis le début de l'année, ils sont en hausse respectivement de 1,6, 6,4 et 10,9 %.

C'est, sans doute, la modestie de l'offre en broutards qui entraîne une remontée des prix de 2 centimes du kg pour les mâles limousins, de 3 centimes pour les charolais et même de 9 centimes pour les croisés.

Dans la filière veau, le prix de la viande est stable, à 5,43 € le kg (+ 0,8 % en un an). Les promotions autour de la Pentecôte, pourtant située en tout début de mois, n'ont pas été très porteuses en termes de consommation. Le prix se maintient en raison de l'équilibre entre offre et demande. Par rapport à mai 2008, les sorties des ateliers d'engraissement pour le mois de mai dernier sont en recul de 12,1 %, mais en hausse de 8,2 % en cumul janvier-mai 2009.

La cotation des veaux de 8 jours progresse de 3,3 % sur la semaine (+ 35,1 % en un an), à 170 € la tête. En mai 2009, les entrées corrigées (veaux français plus veaux étrangers) en ateliers progressent de 25,2 % pour des sorties prévues vers septembre-octobre prochains, au moment où la consommation de viande de veau reprend traditionnellement. On peut faire l'hypothèse que les intégrateurs remplissent les ateliers dans cette perspective et avant que le prix des petits veaux n'augmente encore. En cumul sur janvier-mai 2009, les mises en place sont en hausse de 2,3 %.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires