Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Prix en hausse dans les qualités bouchères, en baisse ailleurs

Office de l'Elevage / DEP

En semaine 09, dernière semaine publiée, le prix moyen pondéré des gros bovins dans l'UE est en légère progression (+ 0,2 %), à 2,93 € le kg. Il dépasse ainsi de 4,1 % son niveau de 2007 à la même période. La situation de marché est identique à celle de la semaine précédente : les vaches s'écoulent à des prix revus à la hausse tandis que le ralentissement des échanges de JB prolonge le mouvement à la baisse.

La France est le seul des principaux pays producteurs où le prix moyen est en repli. Il est en hausse de 0,7 % en Allemagne, de 0,8 % en Irlande, de 1,9 % aux Pays-Bas et stable en Italie.

Les cours des JB R3 diminuent en moyenne de 0,7 %, à 3,18 € le kg. Ils restent de 1,5 % supérieurs à ceux de 2007. Le début du carême orthodoxe ralentit le commerce avec la Grèce (les besoins en viande chutent de 40 %). Sur le marché italien les prix reculent nettement, de 5,1 % sur la semaine. Ils reculent de 2,4 % en Allemagne malgré une offre limitée, mais la demande est tout aussi limitée. Les prix actuels se situent toujours au dessus de leur niveau de 2007 : de 3 % en Allemagne, de 5,4 % en Italie.

Les cours des boeufs R3 progressent de 0,8 % en Irlande (+ 13 % en un an) tandis que ceux des boeufs britanniques sont stables. Le resserrement entre les prix des JB français et des boeufs irlandais se confirme, autour de 2,20 € le kg.

Le prix moyen des vaches O3 enregistre une hausse de 1 % sur la semaine, à 2,46 € le kg, en raison des cours soutenus en Allemagne (+ 2,8 %) par une offre restreinte. Le prix moyen progresse aux Pays-Bas (+ 0,8 %) et en Irlande (+ 0,3 %). Le prix moyen actuel est de 8 % au dessus de celui de 2007. Il est en hausse dans les 3 principaux pays producteurs, de 9,7 % en Allemagne, de 8,3 % aux Pays-Bas et de 16,5 % en Irlande.

Dans la filière veau, les prix sont pratiquement stables pour la viande (+ 0,1 %), à 5,75 € le kg (+ 18,7 % sur une année). Cela est dû à une hausse de 3,2 % sur le marché italien. Par contre, à 160,55 € la tête, le prix moyen des veaux de 8 jours continue de baisser : de 0,5 % sur la semaine et de 15,7 % sur une année. Ce sont les prix des veaux irlandais ( 3,1 %) et britanniques ( 5,7 %) qui tirent la moyenne vers le bas.

En France, en semaine 10, le prix moyen des gros bovins suit la courbe baissière de 2007 mais avec, à 3,09 € le kg, un prix supérieur de 3 %. La situation de marché fait apparaître une hausse des prix des produits de qualité et un recul des cours des animaux de second choix. La fin des congés scolaires et le début du mois ne semblent pas avoir activé la demande.

Les cours des JB U et R progressent de 1 centime du kg et se situent respectivement à 4,2 et 4,9 % au dessus de ceux de 2007. Ceux de la classe O reculent de 1 centime (+ 2,5 % en un an) suivant la baisse de la qualité comparable en vaches.

Les qualités bouchères R (boeufs, génisses, vaches) progressent de 1 centime du kg. Les prix des vaches O et P reculent de 2 et 3 centimes. L'augmentation de l'offre en allaitantes de second choix et de laitières de réforme se confirme avec la fin de la campagne laitière. Par rapport à 2007, les prix restent élevés : + 8,8 % pour les O, + 8,2 % pour les P et + 3,2 % pour les R.

Dans le secteur des broutards, l'activité est limitée, en raison de la fermeture sur l'Italie depuis le 04 mars dernier pour les animaux non vaccinés. Sur la semaine considérée, les mâles charolais (350 et 450 kg), les croisés et les rustiques n'ont pas fait l'objet de cotations. Les prix des mâles limousins de 290 kg sont stables. Afin de reprendre le commerce avec l'Italie, le ministère dispose de doses de vaccins pour 200.000 animaux. La distribution de 25.000 vaccins devrait commencer dès le 12 mars 2008 dans les 16 départements du Nord Est touchés par la FCO.

Le prix moyen de la viande de veau continue de se replier, de 3 centimes encore cette semaine, à 6,42 € le kg (+ 17,4 % en un an). Les cours des veaux de 8 jours augmentent de 1,6 %, à 121,78 € la tête (mais 26,4 % par rapport à 2007) à cause de la fin des vêlages (en particulier des noirs et blancs laitiers). En février 2008, le nombre de veaux français mis en atelier d'engraissement a progressé de 11,8 % par rapport à février 2007. Très peu de veaux étrangers auraient été importés au cours de ce mois, ce qui permet une meilleure maîtrise des prix. Aujourd'hui les intégrateurs gèrent des sorties pour juillet, période à laquelle la consommation de viande de veau chute traditionnellement de 20 à 30 %.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires