Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Stabilité des cours dans un marché très calme.

FranceAgriMer

Dans l'Union européenne, le prix moyen des gros bovins, en semaine 30, est stable à 2,77 €/kg. Le marché est toujours très calme en cette période estivale, où la consommation est peu soutenue. Les cours sont en progression dans les pays méditerranéens avec une hausse de 0,5 % en Italie à 3,35 €/kg, de 0,9 % en Espagne à 2,75 €/kg, de 1,2 % au Portugal à 3,06 €/kg et de 1,5 % en Grèce à 3,67 €/kg. Les cours augmentent également de 1,2 % en Allemagne (+ 0,7 %) à 2,63 €/kg et de 0,4 % aux Pays-Bas à 2,32 €/kg. Par contre, ils poursuivent leur baisse dans les Iles Britanniques en repli de 1,9 % en Irlande à 2,70 €/kg et de 2,9 % au Royaume-Uni à 2,93 €/kg.

Le prix moyen des JB R3 gagne 0,9 % à 3,09 € le kg. Il progresse notamment en Italie de 1,5 % à 3,51 €/kg, en Espagne de 1,2 % à 3,13 €/kg et en Allemagne de 1,6 % à 2,96 €/kg. Par rapport à la même semaine de 2008, le prix moyen européen diminue de 2 %.

En Irlande, la cotation des boeufs R3 diminue de nouveau de 1,8 % sur la semaine s'établissant à 2,8 €/kg, soit un repli de 39 centimes ( 12,1 %) sur un an.

Le prix des vaches O3 est stable à 2,31 € le kg, inférieur de 10,5 % au prix relevé la semaine 30 de 2008. Par rapport à la semaine dernière, il diminue de 2,9 % en Irlande à 2,24 €/kg, à 2,34 €/kg mais progresse de 0,2 % aux Pays-Bas à 2,34  €/kg et 1,4 % en Allemagne à 2,38 €/kg.

Le prix moyen de la viande de veau gagne 6 centimes (+ 1,2 %) entre les semaines 29 et 30, à 4,83 €/kg sous l'impulsion du marché italien, qui progresse de 4,5 %  soit 19 centimes à 4,4 €/kg et néerlandais, qui gagne 1,27 % à 4 €/kg. Les cours sont stables en Belgique à 5,92 €/kg.

Le cours des veaux de 8 jours se contracte de 2,2 % (- 4 €) à 190 € par animal. Les prix sont de nouveau stables en Italie (209 €/tête) et en Allemagne (239 €/tête) mais gagnent 7 € aux Pays-Bas à 159 €/tête. Après des semaines de fortes baisses, la référence irlandaise progresse de 5,5 % à 144 €/tête tandis que les cours sont stables au Royaume-Uni à 127 €/tête.

En France, en semaine 31, le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir est en légère augmentation de 0,3 % à 2,93 €/kg par rapport à la semaine précédente, en repli de 6,7 % par rapport à la même période en 2008. Le calme domine sur les différents marchés. En effet, le volume d'échanges est faible, en raison d'une consommation traditionnellement en retrait durant l'été. En raison des départs en vacances, la fermeture provisoire de nombreuses boucheries limite notamment la demande pour les pièces les plus nobles.

Les cours des vaches laitières évoluent peu. La cotation nationale des vaches O est en augmentation de 1 centime à 2,63 €/kg et celle des vaches de classe P est reconduite à 2,40 €/kg. Elle est en baisse de 9,9 et 8,8 % par rapport à la semaine 31 de 2008, malgré une progression de 16 et 21 centimes depuis le 1er janvier.

La cotation des jeunes bovins de classe U est stable à 3,31 €/kg ( 1,8 % par rapport à la même semaine 2008). Le prix moyen des jeunes bovins R et O affiche une progression respectivement de 4 et 3 centimes à 3,05 €/kg et 2,61 €/kg.

Les prix des génisses de classe R sont de nouveau stables à 3,25 €/kg, quasiment inchangés depuis l'automne dernier. Ceux des boeufs de classe R affichent une baisse de 1 centime à 3,18 €/kg ( 5,1 % par rapport à la semaine 31 de 2008).

Les prix des broutards charolais de 300  350 kg gagnent 2 centimes à 2,51 €/kg, ceux des limousins de même catégorie sont stables à 2,56 €/kg. L'offre en broutards de qualité est assez limitée en ce moment. Les prix des broutards croisés sont également reconduits à 2,19 €/kg.

Le prix de la viande de veau de boucherie est stable depuis l'automne dernier, il est reconduit cette semaine à 5,4 €/kg (8,2 % de mieux que la semaine 31 de 2008).

La cotation des veaux de huit jours poursuit sa baisse saisonnière, chutant de 10,2 % (- 13,5 centimes) sur la semaine pour s'établir à 118,6 €/tête. Elle demeure toutefois en progression de 14,4 % par rapport à la semaine 31 de 2008. Les besoins, en particulier en engraissement sont limités en ce moment et se font très sélectifs, entraînant de nombreux invendus pour les veaux de moins bonne conformation. Sur les cinq premiers mois de l'année de 2009, en comparaison avec la même période en 2008, le nombre de naissances de veaux est légèrement supérieur de 0,4 %. Il existe néanmoins de fortes disparités, en effet, le nombre de veaux allaitants nés progresse de 8,4 %, tandis qu'il est né 2,8 % moins de veaux laitiers et 14,4 % moins de veaux croisés en comparant ces deux mêmes périodes.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires