Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Stabilité des cours des JB, hausse pour les vaches de second choix :

Office-Elevage

Dans l'UE, en semaine 10, le prix moyen des JB est stable, à 2,90 € le kg. Il est en recul de 1,5 % comparé à celui de la même période en 2008. Depuis le début de l'année, il progresse de 1,6 %. La hausse des prix des vaches se poursuit, à l'approche de la fin de la campagne laitière, avec un recul du nombre de vaches mises à la réforme. En JB, les apports sont dans l'ensemble plus conséquents et le prix communautaire est orienté à la baisse. La situation de marché est contrastée selon les principaux pays producteurs : prix stable en Italie où la demande est calme, en hausse de 1,1 % en Allemagne et de 3,2 % aux Pays-Bas avec la préparation des fêtes de Pâques, en baisse de 0,8 % en Irlande en raison de disponibilités importantes.

Le cours des vaches O3 progresse en moyenne de 1,5 % sur la semaine, à 2,33 € le kg. Il est cependant toujours nettement en retrait par rapport à 2008 (-5,8 %). Depuis le début de l'année, il est en hausse de 2,9 %. De fortes augmentations sont à noter en Allemagne (+2,4 %) et aux Pays-Bas (+3,6 %), tandis que le prix moyen est en repli de 0,6 % en Irlande. La fourchette de prix se resserre entre la France, l'Allemagne et les Pays-Bas (entre 2,45 et 2,48 € le kg). Par rapport à 2008, les prix restent bas : -6,8 % en Allemagne, -7,7 % en Irlande, -2,5 % aux Pays-Bas.

Le prix moyen des JB R3 recule de 0,5 %, à 3,31 € le kg. Il dépasse encore de 3,8 % celui de 2008 et progresse de 0,7 % depuis le début de l'année. Mais la tendance dans les principaux pays concernés est à l'augmentation des apports, ce qui devrait conduire à une baisse des prix dans les semaines à venir, en particulier en Allemagne. Cette semaine, il est encore en hausse de 0,7 % dans ce pays et stable en Italie où les importations polonaises concurrencent les expéditions allemandes et françaises, avec 1 euro de moins du kg. Les prix actuels sont élevés comparés à ceux de 2008 : +5,9 % en Allemagne, +6,1 % en Italie.
En Irlande, la cotation des boeufs R3 recule de 0,7 % sur la semaine et de 7,6 % sur l'année.

Dans la filière veau, le prix moyen de la viande baisse de 0,3 %, à 4,90 € le kg (+8,4 % en un an), avec une stabilité aux Pays-Bas et un recul de 1,4 % en Italie.
Pour les veaux de 8 jours, la hausse continue, à 174,32 € la tête (+0,9 %), avec une forte progression de 8,5 % aux Pays-Bas en raison de faibles apports et de la baisse du prix de la poudre qui favorise la mise en atelier d'engraissement.
Avec 4028 tonnes, les expéditions de viande depuis les Pays-Bas vers la France, l'Italie et l'Allemagne sont en recul, en semaine 10, de 20,2 % par rapport à 2008. Ce pourcentage augmente de semaine en semaine.

En France, en semaine 11, la situation de marché ressemble à celle de la semaine précédente : reconduction de la cotation des JB de bonne qualité et nouvelle hausse du prix des vaches de qualités industrielles. Il n'existe pratiquement plus de stocks de vaches de réforme laitières dans les étables. Le prix moyen des gros bovins progresse de 1 centime, à 2,97 €le kg. Il est de 1,5 % inférieur à celui de 2008, mais en hausse de 1,6 % comparé à celui du début de l'année.

Les cours des JB U et R sont stables, à 3,56 et 3,29 € le kg (+3,2 et +3,1 % en un an). Le prix des JB O suit le mouvement de hausse des vaches, avec +2 centimes, à 2,86 € le kg (+2,5 %).

Le prix des vaches O et P continue de progresser (il était bas au début de l'année) : de 2 centimes pour les O et de 3 centimes pour les P, à 2,57 et 2,35 € le kg. La demande des abattoirs pour la fabrication de steak haché peut expliquer cette remontée, régulière depuis un mois. Si les poids moyens des vaches à l'abattage reculent de 4,1 kg entre janvier 2008 et janvier 2009, le poids des carcasses tend à s'alourdir (+4,8 kg en janvier comparé à décembre 2008). Cette évolution laisserait supposer la présence de davantage de vaches allaitantes en proportion dans les abattoirs. Cela signifie aussi qu'il y a davantage de viande de meilleure qualité sur le marché que celle issue des vaches O et P.
Sur le marché des broutards, les prix sont orientés à la hausse : +1 centime du kg pour les mâles limousins de 300 kg, + 2 centimes pour les croisés, +7 centimes pour les charolais lourds de 450 kg qui répondent à la demande italienne. Les protocoles en cours avec l'Espagne et l'Italie (importations d'animaux vaccinés sans délai ou vaccinés depuis 30 jours) favorisent les échanges avec ces pays qui sont en sous-production. En Espagne, les poids moyens à l'abattage sont excessivement bas (307 kg). A cause des coûts de production élevés en 2008, les éleveurs avaient réduit le nombre de bêtes dans les exploitations. Les prix français actuels pour ces trois catégories d'animaux, comparés à ceux de 2008, sont en très nette augmentation : respectivement de 12,9, 16,3 et 18,3 %. Depuis le début de l'année, ils enregistrent des hausses de 4,7, 6,1 et 11,6 %.

Dans la filière veau, la situation est également comparable d'une semaine sur l'autre : prix inchangé pour la viande, à 5,48 € le kg (-14,1 % en un an) et hausse de 4,5 %, à 118 € la tête pour les veaux de 8 jours (-3,7 % sur l'année). On est très proche du creux des vêlages dans les troupeaux laitiers.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires