Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Un prix moyen des gros bovins orienté à la hausse après un mois de baisse.

Office de l'Elevage / DEP

Dans l'UE, en semaine 24, dernière semaine publiée, le prix moyen des gros bovins est stable, à 2,99 € le kg. Il est ainsi de 12,3 % supérieur à son niveau de 2007 à la même période. Il est en baisse en France et en Italie (où la chaleur freine la consommation. Le raffermissement des cours entraîne une hausse de 1,5 % en Irlande, suite à des disponibilités faibles. Le marché allemand est stable.

Le cours moyen des JB R3 est en recul, sur la semaine, de 0,2 %, à 3,14 € le kg, dépassant de 10 % celui de 2007, avec un repli de 0,1 % en Italie et une stabilité en Allemagne. Les prix français et allemands sont pratiquement équivalents, inférieurs de près de 17 % au prix italien. Par rapport à 2007, les cours sont supérieurs de 16 % en Allemagne et de 9,9 % en Italie.

Les prix de boeufs R3 en Irlande progressent sur la semaine de 1,8 % (+ 22,6 % en un an) tandis que ceux des animaux britanniques augmentent de 0,6 % (+ 15,1 % en un an).

Le cours moyen des vaches O3 est légèrement orienté à la hausse (+ 0,1 %), à 2,62 € le kg. Il est de 16,3 % au dessus de son niveau de 2007 en moyenne communautaire (de 23,6 % en Allemagne, de 16,4 % aux Pays-Bas et de 25,2 % en Irlande). Ces prix élevés sont liés au manque de disponibilités de ce type d'animaux.

Dans la filière veau, les cours des veaux de boucherie continuent de baisser, de 1,2 % sur la semaine, à 4,69 € le kg, avec une baisse importante aux Pays-Bas (- 4 %, soit un repli de 15 centimes du kg en une semaine). Par rapport à la même semaine de 2007, le recul du prix moyen est de 8,1 %.

A 180,64 € la tête, le cours moyen des veaux de 8 jours progresse de 3,9 % (- 2,2 % cependant en un an), avec une nette augmentation aux Pays-Bas (+ 6,9 %) et en France (+ 9,6 %) et une hausse un peu moindre en Italie (+ 3%).


En France, la consommation est entrée dans sa phase saisonnière de réduction avec l'arrêt de l'approvisionnement des cantines scolaires et le ralentissement des achats des ménages ; En semaine 25, le prix moyen des gros bovins est cependant orienté à la hausse, de 1 centime, à 3,09 € le kg. Il est ainsi de 7,7 % supérieur à celui de 2007. Cette hausse est le résultat des prix toujours élevés des vaches dont l'offre reste limitée.

Les cours des vaches O et P destinées à la transformation et à la grande distribution progressent respectivement de 2 et de 1 centimes, à 2,87 et 2,60 € le kg, dépassant ceux de 2007 de 9,9 et 9,7 %.

Les prix des JB R et O sont stables, à 3,08 et 2,72 € le kg, soit + 16,3 et + 16,7 % par rapport à ceux de 2007. Seuls les prix des JB U sont en recul, de 1 centime, à 3,33 € le kg, mais à + 13,3 % comparés à ceux de 2007.

Les qualités bouchères (vaches, boeufs et génisses) sont orientées à la hausse, de 1 à 3 centimes du kg, avec une augmentation respectivement de 8,7, 10,4 et 5,4 % par rapport à 2007.

Comme la semaine précédente, la cotation des broutards reste stable pour les mâles limousins de 300 kg et charolais de 350 kg. Les prix des animaux plus lourds (mâles charolais de 450 kg) progressent de 5 centimes du kg. Alors que les prix des autres animaux sont pratiquement comparables à ceux de 2007, les prix de ces derniers augmentent de 14 %. En raison des conditions restrictives du protocole de vaccination franco-italien, le nombre d'animaux présents sur les marchés devrait se réduire en attendant l'arrivée des animaux vaccinés après le 30 avril dernier.

Les cours des veaux de boucherie continuent leur baisse amorcée dès la fin du mois de janvier. Ils reculent sur la semaine de 3 centimes, à 5,27 € le kg et se situent à 7,1 % en dessous de leur niveau de 2007. On est maintenant dans la période traditionnelle de baisse de consommation de viande de veau.

Par contre la cotation des veaux de 8 jours progresse à nouveau sensiblement cette semaine : de 8,3 %, soit 11,53 €, à 150,73 € la tête. Elle n'est plus que de 1,7 % inférieure à celle de 2007. Il semblerait que les engraisseurs parient sur une reprise de la consommation, et donc des prix, au début de l'automne. Les veaux achetés maintenant devraient sortir en novembre-décembre prochains.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires