PAC : Un bilan de santé très favorable à la filière italienne

Sophie Bourgeois

La filière bovine italienne est très satisfaite du projet du bilan de santé de la PAC. Une prime à l'abattage des jeunes bovins revalorisée doit être mise en place.

En application du bilan de santé de la PAC, le ministre italien de l'Agriculture a attribué une enveloppe de 60 millions d'euros au titre de l'article 68 pour la filière bovine. A partir de 2010, une partie de cette enveloppe (34 millions d'euros) sera distribuée sous la forme d'une prime à l'abattage pour des jeunes bovins âgés de 12 à 24 mois, ayant été engraissés au moins sept mois en Italie, selon un cahier des charges reconnu.
Son montant sera de 90 euros par tête soit le triple de celle en place jusqu'à présent. « Cette mesure pourra favoriser l'achat de broutards dès le début de campagne en septembre prochain », analyse Jean-Pierre Houssel, de la mission économique Ubifrance en Italie.

Les exportations en Italie de jeunes bovins engraissés en France se présentent plutôt bien pour la campagne prochaine. (F. d'Alteroche / Archives)

Les exportations en Italie de jeunes bovins engraissés en France se présentent plutôt bien pour la campagne prochaine. (F. d'Alteroche / Archives)

Développer les élevages allaitants

L'autre partie de l'enveloppe (26 millions d'euros) est destinée à fortement inciter au développement des élevages allaitants italiens. Les vaches allaitantes inscrites au livre généalogique bénéficieront d'une prime de 250 euros à la naissance de leur premier veau, et de 150 euros pour les veaux suivants.
En ce qui concerne les exportations en Italie de jeunes bovins engraissés en France, elles se présentent plutôt bien pour la campagne prochaine. « Les disponibilités à l'abattage en Italie de jeunes bovins seront limitées de septembre 2009 à avril 2010. Le marché sera donc résolument ouvert aux importations pour cette période », analyse Jean-Pierre Houssel. En effet, les achats de broutards au premier trimestre 2009 ont été inférieurs aux prévisions, au niveau de ceux de l'année 2008, et ceci en l'absence de problèmes liés à la circulation des animaux en raison de la FCO. « Les engraisseurs italiens sont désormais très prudents. »

Source Réussir Bovins Viande Juillet-Août 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires