Perspectives 2011 FranceAgriMer : Une possible augmentation des abattages

Cyrielle Delisle

Selon un rapport sur les filières animales de FranceAgriMer(1), le potentiel de renouvellement des allaitantes devrait être relativement limité et la production de génisses devrait diminuer en 2011.

« L'année 2011 pourrait marquer la fin de la croissance du cheptel de reproductrices allaitantes. Les réformes de vaches pourraient permettre de renflouer les trésoreries des éleveurs. Une hausse de la production de vaches est envisageable sous ces conditions », explique FranceAgriMer. De plus, en début d'année, le nombre de génisses de 18 à 36 mois s'est amoindri, suite au bon niveau des exportations de broutardes en 2010. L'offre en broutards, quant à elle devrait se maintenir pour les trois premiers trimestres de 2011.
Concernant leur destination, de nouveaux marchés ont été ouverts (certains pays tiers). Ils pourraient permettre d'écouler les broutards français. Par contre, la vaccination contre la FCO qui n'est plus obligatoire en France représente un point négatif qui pourrait être un frein pour les ventes vers certains pays. Dans ce contexte, les prix des broutards français pourraient être en baisse par rapport à 2010. « En tablant sur une offre abondante de broutards allaitants restés en France sur les six premiers mois, la production de jeunes bovins devrait bien se tenir au second semestre, avec un léger accroissement des poids de carcasses. Sur l'année, la production de jeunes bovins pourrait augmenter (1 %). » Un léger accroissement de la production de gros bovins finis (moins de 1 %) est envisagé, avec une partie des animaux engraissés en France, puis exportés en vif.

Et en Europe…

Au niveau de l'Union européenne, une réduction de la production de jeunes bovins est à prévoir en Italie et au Royaume-Uni. Cette dernière serait responsable d'un repli des abattages globaux. La hausse du coût de production devrait concerner de nombreux pays, avec pour conséquence une réduction du nombre d'animaux engraissés et/ou des poids de carcasses. « Dans d'autres pays, toutefois, les abattages de gros bovins finis devraient progresser : Espagne, France, Pays-Bas, Pologne. » Globalement, une diminution d'environ 1 % de la production européenne de gros bovins finis serait possible. « Les exportations de viande devraient rester dynamiques en 2011. Le facteur limitant les exportations européennes de viande bovine sera les disponibilités européennes, en légère baisse : les expéditions vers les pays tiers pourraient donc diminuer de 15 % en 2011, en restant cependant à un niveau élevé », remarque FranceAgriMer.

(1) Source : Les filières animales terrestres et aquatiques : bilan 2010/perspectives 2011.

Source Réussir Bovins Viande Mai 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires