Races bovines : En progression depuis 10 ans, l'Aubrac met en avant ses points forts pour préparer le Sommet de l'él

François d'Alteroche

54 000 vaches en 1988, 135 000 en 2007. A l'occasion du prochain Sommet de l'élevage dans le cadre duquel se tiendra son concours national, la race Aubrac entend mettre en avant les raisons qui lui ont permis de faire progresser ses effectifs. « Ici, pas de toujours plus haut, toujours plus gros, toujours plus lourd ! », est-il expliqué dans un communiqué. « Notre objectif est de développer un cheptel de mères robustes à gabarits modérés (600 à 800 kilos pour les vaches adultes). Facile à élever, l'Aubrac demande peu de main-d'oeuvre et d'intervention humaine. Elle améliore ainsi les conditions de travail des éleveurs. »

Les vaches Aubrac sortent du schéma de sélection à un âge moyen de 11 ans,  après avoir donné naissance en moyenne à 9 veaux. (F. d'Alteroche)

Les vaches Aubrac sortent du schéma de sélection à un âge moyen de 11 ans, après avoir donné naissance en moyenne à 9 veaux. (F. d'Alteroche)

Les orientations raciales mettent clairement la priorité sur les qualités d'élevage et les performances de reproduction au travers de la facilité de vêlage, la fécondité et la précocité sexuelle, la régularité de vêlage et la longévité de la carrière des animaux. « Cette notion est très importante, car elle traduit clairement l'adaptation de la vache à son territoire. En situation difficile (climat, altitude, relief…) si la vache n'est pas robuste, la première fonction arrêtée pour privilégier sa survie est la reproduction. Elle traduit également la qualité des aplombs. Une vache boiteuse est souvent couchée, donc elle pâture et produit moins », souligne l'Union Aubrac.

Source Réussir Bovins Viande Mars 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires