Recherche jeunes diplômés pour un marché en croissance

François d'Alteroche - Réussir Bovins Viande Septembre 2012

Recherche jeunes diplômés pour un marché en croissance
Liindustrie du médicament vétérinaire veut attirer les jeunes diplomés. © J.-M. Nicol

Le marché mondial du médicament destiné à la santé animale connaît une croissance régulière particulièrement en ce qui concerne les animaux de compagnie et les équins, mais manque de personnel qualifié pour son industrie.

L e contraste est impressionnant. Le marché mondial du médicament destiné à la santé humaine était estimé l’an dernier à 855 milliards de dollars. Celui destiné à la santé animale avoisinait lui « seulement » 20 milliards de dollars. Un dernier chiffre concernant à la fois les cheptels de rente mais également les animaux de compagnie. « L’une des grandes tendances du moment est la croissance du marché pour les animaux de compagnie dans l’ensemble des pays émergents où ces espèces était jusqu’à présent peu soignées », expliquait Pascal Favre, secrétaire général de la Fédération française des industries de santé à l’occasion d’une conférence organisée par le syndicat de l’industrie du Médicament vétérinaire.

Améliorer la visibilité des entreprises de médicaments vétérinaires

Si on analyse le seul marché français, il était estimé à 1,311 milliard d’euros l’an dernier. Ce chiffre inclut les produits soumis à AMM, mais également les produits de santé animale hors AMM tels que les produits d’hygiène, les suppléments nutritionnels, la parapharmacie vétérinaire. Ce marché est en progression régulière, mais cette croissance est d’abord le fait des différentes spécialités destinées aux animaux de compagnie et aux équins. Le secteur des animaux de rente assurait l’an dernier un peu moins de 50 % du marché.
Malgré ces évolutions appréciables dans le contexte économique actuel, l’une des interrogations des professionnels du médicament vétérinaire réside dans la difficulté d’attirer les jeunes diplômés..
 « Les jeunes n’envisagent pas spontanément de faire au moins une partie de leur carrière dans nos industries. Nous devons améliorer la visibilité de nos entreprises. Il s’agit pour nous d’un enjeu majeur », expliquait Esther Muler, la représentante du groupe Ressources humaines du SIMV. Cela passera peut-être d’abord par l’amélioration des connaissances des pharmaciens pour cette catégorie de médicaments ou de mettre en place des modules de spécialisation sur ce volet. « Actuellement, sur l’ensemble de leur cursus, les étudiants en pharmacie bénéficient de seulement 25 à 30 heures de formation spécifiquement axée sur les médicaments vétérinaire », ajoutait Dominique Porquet, président de la conférence des doyens de pharmacie. Une goutte d’eau dans un océan de savoir.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires