Relations amont-aval : La nécessaire répercussion de la hausse des charges

François d'Alteroche

Pour éviter que le déficit européen en viande bovine ne s'accroisse, aucun maillon de la chaîne de production ne doit être oublié dans la répartition des marges. Tel est l'un des messages délivré à une table ronde organisée lors de l'assemblée générale d'Elvea France.

Toutes les études le confirment. Si on fait exception des possibles petits sursauts ponctuels
de production, l'Europe semble s'enfoncer durablement dans un déficit de production de
viande bovine. 545 000 tonnes ont été importées l'an dernier des pays tiers pour pallier aux
insuffisances de production de l'ensemble des 27 pays composant l'Union européenne. Qui
plus est, la menace d'un accord mal négocié à l'OMC et la perspective de voir une
attribution des aides compensatoires de la PAC orientées vers toujours plus de découplage
suscitent moult inquiétudes. Si on s'en tient aux propos tenus à l'occasion de la dernière
assemblée générale d'Elvea : Eleveurs et Acheteurs associés, (NDLR la nouvelle
dénomination de la section des éleveurs en association de la Fédération nationale bovine),
abatteurs et négociants se prononcent sans restriction aux côtés des éleveurs pour un
maintien du couplage de la Prime au maintien du troupeau de vache allaitante. « Tant que
l'on aura du produit, on évitera le scénario de la peau de chagrin et on évitera la
comparaison avec le secteur de l'élevage ovin », précisait Gérard Poyer, président de la
Fédération française des commerçants en bestiaux.

Bernard Joly, FNB. (F. d'Alteroche)

Bernard Joly, FNB. (F. d'Alteroche)

Inquiétudes sur l'engraissement

« Mais nous avons aussi des inquiétudes par rapport à l'engraissement », ajoutait
Dominique Guineheux pour le groupe d'abattage Bigard. « Aujourd'hui Bigard représente 30
% de l'abattage national. Chaque semaine, il nous faut 19 000 à 21 000 bovins pour
approvisionner nos 17 outils d'abattage. » Et ce dernier de souligner que le groupe Bigard
allait mettre en route en début d'automne un nouvel abattoir dans le nord de la France. « 70
% de notre approvisionnement est le fait des négociants en bestiaux. Nous croyons à votre
principe d'organisation, mais vous n'êtes pas allés assez loin. Il y a encore beaucoup
d'éleveurs qui ne font partie d'aucune organisation économique de producteurs. Or nous
avons besoin d'anticiper le marché et les volumes qui vont nous arriver. » Et Dominique
Guineheux de prendre en exemple le surplus de production de Jeunes bovins du premier
semestre 2007 et à l'inverse le déficit de laitières de réforme suite aux rallonges de quota
laitier. « Je pense que l'on a aujourd'hui des moyens informatiques qui doivent nous
permettre d'anticiper les dates de sortie de ces animaux. »
Le représentant du groupe Bigard s'est aussi interrogé sur les possibilités de partenariat
entre les associations situées dans les zones de naissage et celles situées dans des
régions plus favorables à l'engraissement. « Pourquoi ne pas imaginer ensemble un travail
complémentaire pour favoriser le développement de la finition des animaux ».



Gérard Poyer, FFCB. (F. d'Alteroche)

Gérard Poyer, FFCB. (F. d'Alteroche)

 

« Produire des animaux gras c'est une chose, mais à quel prix et dans quelles conditions ?
», a rappelé Jean-Michel Morel, président de l'Association d'éleveurs de Saône-et-Loire.
Les abatteurs ont besoin de volumes pour faire tourner leurs outils et approvisionner leurs
clients, mais les éleveurs doivent aussi, de leur côté, faire face à la hausse des coûts de
production. Elle doit se traduire par une hausse du prix d'achat des animaux finis. Et les
éleveurs de souligner que si le secteur de l'abattage n'est pas en mesure de répercuter
cette hausse des coûts de production à ses clients finaux, les volumes d'animaux gras
issus des ateliers français vont forcément progressivement s'étioler. « Je suis content
d'entendre dans la bouche du représentant du groupe Bigard les mots partenariat et
anticipation. Je vous dis chiche, mais il faudra un peu de transparence », précisait Bernard
Joly, éleveur en Saône-et-Loire. Et de relater sa récente discussion avec un engraisseur
alsacien. « Sur des babys vendus en mai, il a gagné un peu d'argent uniquement parce qu'il
a travaillé à partir de broutards nés en Bourgogne achetés 1,85 € du kilo en septembre-
octobre 2007, quand l'Italie était fermée aux animaux de ce département. On ne peut pas
concevoir de fonctionner à de tels tarifs. Si le naisseur doit crever pour que l'engraisseur
gagne sa vie, ça ne peut pas fonctionner bien longtemps. S'il vous faut 19 000 têtes par
semaine. Payez-les à leur juste prix et on va vous les trouver ! »

Dominique Guineheux, groupe Bigard (F. d'Alteroche).

Dominique Guineheux, groupe Bigard (F. d'Alteroche).

 

Jean-Michel Morel, président de l'Association d'éleveurs de Saône-et-Loire. (F. d'Alteroche)

Jean-Michel Morel, président de l'Association d'éleveurs de Saône-et-Loire. (F. d'Alteroche)

 

Source Réussir Bovins Viande Juillet-Août 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires