Sécheresse : Les éleveurs réclament l'aide des pouvoirs publics

Dans un communiqué du 18 mai, la Fédération Nationale Bovine, branche spécialisée de la Fnsea, réclame deux séries de mesures pour aider les éleveurs à faire face à la sécheresse : des moyens financiers pour acheter l'alimentation et l'aide de Bruxelles pour maintenir les cours des animaux.

« La situation exceptionnelle de sécheresse pourrait porter un coup fatal à la production des exploitations bovin-viande », explique la FNB qui estime que les éleveurs vont être dans l'obligation de vendre pour l'abattage une partie de leur troupeau, faute de nourriture suffisante. « Une décapitalisation d'au moins 10% sur les vaches allaitantes semble inéluctable, et des sorties anticipées des animaux d'engraissement » estime la FNB.

Une décapitalisation qui pourrait avoir pour conséquence un effondrement des cours. Le marché des broutards pourrait de la même façon s'effondrer avec la réduction des achats pour l'engraissement.

Hausse des prix d'achat par l'aval

Face à ce risque, le syndicat demande « d'accorder aux éleveurs sans délais les moyens financiers pour acheter l'alimentation (report en fin de tableau des annuités, prise en charge MSA, exonération TFNB, et prêts à taux zéro en attente des versements calamités dont la procédure de reconnaissance sur toutes les surfaces doit être accélérée). »

La FNB réclame également à Bruxelles une intervention publique exceptionnelle sur femelles et broutards pour stocker l'afflux et maintenir les cours. Elle appelle enfin « à des adaptations réglementaires immédiates pour donner aux éleveurs les marges de manoeuvre indispensables et de bon sens : durée de détention PMTVA, capacité à retourner des prairies non productives pour cultures dérobées, assouplissement des règles de chargement PHAE et ICHN,… »

« La capacité de résistance des élevages sera déterminée par le niveau des prix des bovins sur les marchés » estime la FNB qui appelle « à toute mesure renforçant l'exportation (hausse des restitutions, ouverture de nouveaux débouchés). En parallèle, la hausse des prix d'achat par l'aval (GMS, abatteurs) doit s'appliquer sans délai, pour rattraper l'explosion des charges et coûts de production supportée par les éleveurs ».

Source FNB

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires