Tirer la viande par le haut

Laurent Chupin

Tirer la viande par le haut
Concours de Lezay. GPH vache Parthenaise Gaec le Chatelet (Les Groseillers 79220) (à droite), acheté par Jacques Henri Thomas (Créteil) (au centre) ainsi que Bernard Proust – responsable du concours (à gauche) pour la remise du prix de la boucherie © Laurent Chupin

Si le climat commercial reste morose dans les exploitations, avec des prix qui demeurent faibles malgré la mobilisation des éleveurs et des promesses des décideurs politiques ou de la distribution, les concours d’animaux de boucherie sont le rayon de soleil qui anime le secteur viande à quelques jours de Pâques.

Placés, quinze jours à trois semaines avant cette fête religieuse majeure, ces concours ont réjoui les yeux des enfants et des plus grands qui se sont déplacés sur ces manifestations et assureront du goût pour les repas de Pâques.

Ces manifestations participent à la mise en avant de toutes les races à viande présentes sur le territoire, avec souvent une championne par région. L’Aubrac dans l’Aveyron, la Blanc bleu dans le Nord, la Parthenaise dans la Gâtine (79) ou la Blonde d’Aquitaine dans le Sud-Ouest… Le cru 2016 aura vu une légère progression des apports avec 3650 animaux (3450 en 2015) sur les 17 concours reconnus par la FNCAB.(Fédération Nationale des Concours d'Animaux de Boucherie) Ce chiffrage dépasse les 5000 animaux en comptabilisant des manifestations de moindre envergure qui ont également primé les bovins de qualité bouchère et animé villes et villages comme au printemps de la viande à Landivisiau (140 animaux)

Ces concours sont des moments privilégiés où les éleveurs se rencontrent et peuvent défendre leurs plus beaux spécimens. “Sortir du contexte de morosité où nous sommes enlisés depuis des mois, cela fait du bien, même si les tarifs que nous observons sont en rien le reflet de la situation sur le terrain” se confiait une éleveuse sur le concours de Tonnay-Boutonne.

Des jurys intraitables

Composé de professionnels de la viande reconnus (bouchers, acheteurs d’abattoir, chevillards…), leur regard est souvent intraitable. Les consignes sont toujours les mêmes. Jean-Yves Renard, président de la FNCAB le rappelle à chaque fois « Vous jugez des animaux dans leur conformation, leur finesse avec une finition pour qu’ils soient abattus demain et non pas dans deux mois ». Ces opérations de classement sont souvent animées par des débats d’expert. Car s’il est souvent assez facile de se mettre d’accord sur la championne qui sort du lot, le classement chronologique de chaque section est plus ardu, notamment sur les concours très homogènes.

Retour des rayons traditionnels dans les GMS

Face aux coups médiatiques des anti-viandes, quelques signes positifs sont observés du côté des GMS avec la mise en avant et le retour du rayon traditionnel chez Carrefour, la race Charolaise par Lidl. Quant à Intermarché, il reste le leader de la race à viande avec des achats sur les concours de plus de 450 acquisitions pour Pâques. Du côté des bouchers, la demande reste assez régulière, avec une présence assidue sur les concours. Leur image de marque reste la qualité pour une clientèle souvent très fidèle. « Si le prix est en accord avec ce que je vends, je suis acheteur avec une petite prime pour l’éleveur qui a fait l’effort de présenter sa bête au concours » se confiait l’un d’entre eux à Varennes sur Allier. Dans l’assiette, le consommateur ne se trompe pas et plébiscite ces viandes goûteuses quand il en a la possibilité. 

Une activité honorable

La majorité des concours ont connu une belle activité, comparativement au commerce traditionnel. Ces réussites sont souvent dues à leur renommée et à une forte présence des artisans-bouchers ou de GMS souvent tenue par des passionnés de bonne viande. La qualité mise en œuvre cette année reste exceptionnelle, et met à l’honneur le travail et  la passion des éleveurs et des engraisseurs. Mis à part quelques Grands Prix de Championnat qui ont dépassé les 10€/ kg de carcasse comme à Rethel, Baraqueville ou Paris, les tarifs attribués aux animaux primés restent très convenables, même s’ils sont moins élevés que ces dernières années. Sortis de ces Grands Prix, les tarifs sont retombés dans une fourchette comprise entre 5€ et 7€ voire 8€ en fonction de la notoriété de chaque concours. La satisfaction des éleveurs reste de mise, car le gros des ventes bénéficie de plus-values par rapport au marché traditionnel où les tarifs se sont sérieusement dégradés ces derniers mois.

Nancy

Une belle plaque et une communication bien pensée seront des atouts pour drainer les ventes autour des regroupements familiaux de Pâques. 

Concours de Nancy. Grand prix excellence de Nancy Naisseur/Engraisseur appartenant à José Schaff (54 Gerbeviller)

© Laurent Chupin

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires