Un 25e Sommet anniversaire aux couleurs charolaises

François d'Alteroche

Un 25e Sommet anniversaire aux couleurs charolaises
La priorité des organisateurs du Sommet de l'élevage est d'inciter un nombre croissant d'étrangers à faire le déplacement. - © Sophie Chatenet-Pamac

Les 5, 6 et 7 octobre, le Sommet de l'élevage fêtera son quart de siècle et mettra à l'honneur la Charolaise.

Chiffres clés

17,5 ha de surface d'exposition

2000 animaux dont 750 bovins viande et 550 bovins lait

1400 exposants

85 000 visiteurs attendus dont 4000 étrangers

Plus de 30 conférences et colloques

Mieux faire connaître le Sommet de l'élevage à l'international et inciter un nombre croissant d'étrangers à faire le déplacement est désormais la priorité de ses organisateurs. Roger Blanc, ancien président de ce salon et chargé de mission à l'International, l'a réaffirmé à l'occasion d'une conférence de presse, laquelle s'est tenue en présence de plusieurs ambassadeurs et attachés agricoles des pays plus particulièrement ciblés.

« Nous avons eu 4 000 visiteurs étrangers lors de l'édition 2015. Nous estimons qu'environ 10 % des étrangers qui avaient annoncé leur présence ont annulé leur voyage lorsqu'ils ont su qu'aucun bovin n'allait être présenté », expliquait Benoît Delaloy, responsable de la promotion à l'International de ce salon. Un effort tout particulier continuera à être mis sur les visites d'élevages ou de sites liés à l'agroalimentaire ou à l'agrofourniture. « Très appréciées des délégations étrangères, elles sont une vraie plus-value pour notre salon. »

Après 2005 puis 2010, cette 25e édition sera couplée pour la troisième fois au concours National Charolais pour lequel 430 places sont réservées. « Ce sera le premier concours pour lequel la génomique prendra vraiment de l'importance », expliquait Clément Perrodin, responsable des relations internationales pour le herd-book charolais. « Nous allons d'ailleurs organiser pour la première fois une vente de reproducteurs qui auront au préalable tous fait l'objet d'une analyse génomique. » La Charolaise ne sera pas la seule vedette. Le prochain Sommet de l'élevage permettra également d'accueillir le National Prim'Holstein, une confrontation européenne Simmental et le concours national de la race ovine Charollaise.

Concours dans le Zénith

Pour gagner en surfaces d'exposition, les concours de toutes les races bovines allaitantes auront lieu dans le Zénith comme cela avait été le cas en 2009 et 2010 pour les Nationaux Salers puis Charolais. Il n'y aura donc pas de grand ring sous le hall 3 des races allaitantes. L'espace libéré accueillera des stands supplémentaires avec, en parallèle, un jeu de chaises musicales pour l'emplacement de certains exposants. Il est par exemple prévu que le stand d'Interbev soit déplacé depuis le hall 1 vers le hall 3. Parmi les autres évolutions, le Club international, anciennement sur la place à l'entrée du salon, sera installé dans le hall d'accueil du Zénith et remplacé sur cette même place centrale par les stands des collectivités territoriales, des chambres d'agriculture et un plateau TV. En revanche, l'agrandissement tant attendu du site en lui-même ne sera toujours pas d'actualité. Les dernières élections régionales ont perturbé le calendrier. Ces réaménagements sont en cours de discussion avec la nouvelle équipe du conseil régional Auvergne Rhônes-Alpes. Ils devraient pouvoir être finalisés pour l'édition 2017.

Un 25e Sommet anniversaire aux couleurs charolaises

La Colombie, invitée d'honneur

Après la Roumanie en 2015, ce sera à la Colombie d'être le prochain pays à l'honneur. « Il y a 23 millions de bovins en Colombie. L'agriculture, c'est 6 % du produit intérieur brut, et 80 % de la SAU est consacrée à l'élevage », précisait Federico Renjifo Vélez, ambassadeur de Colombie en France. « Il existe des élevages colombiens détenant des Charolais, des Limousins et des Blondes, mais la Normande est de loin la plus présente. Il y a davantage de Normandes en Colombie qu'en France ! » Largement concernée par un climat tropical humide, une bonne part du cheptel colombien est composé de zébus plus ou moins métissé. Plus de la moitié des bovins sont élevés à la seule fin de production de viande. Et les Colombiens l'apprécient. Ils en consomment une moyenne de 19,5 kilos par habitant chaque année.

Source Réussir Bovins Viande

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires