Un étiquetage précis sur tous les produits à base de viande est demandé par l’UFC

AFP

Un étiquetage précis sur tous les produits à base de viande est demandé par l’UFC

L'UFC-Que Choisir et la Fédération nationale bovine (FNB) s’unissent pour réclamer au gouvernement français d'instaurer "sans délai" un étiquetage précis sur l'origine des ingrédients pour tous les produits à base de viande, a annoncé l'association mercredi dans un communiqué.

Les associations de consommateurs ont été reçues mercredi soir pendant une heure par le ministre de la Consommation, Benoît Hamon, pour faire le point sur le scandale lié à la présence de viande de cheval dans des plats préparés en lieu et place de bœuf. Cette réunion a été l'occasion de "faire le point sur l'enquête en cours et de transmettre les demandes des consommateurs afin que le ministre les relaye demain auprès des professionnels", a indiqué un représentant de l'UFC à l'issue de la rencontre. 

"Notre objectif reste d'obtenir l'étiquetage précis de tous les produits transformés à base de viande. La FNB, Coop de France et Interbev (filière viande) s'y sont déjà déclarés favorable, reste donc à convaincre l'Ania (représentant de l'industrie agro-alimentaire)", ont souligné la CLCV et l'UFC. Par ailleurs "la grande distribution peut également jouer un rôle sur cette question", a expliqué l'UFC. "Par le passé, par exemple sur l'étiquetage sans OGM, elle a souvent été plus rapide à répondre aux attentes des consommateurs que les industriels". Le ministre a également évoqué auprès des associations un projet de durcissement des sanctions en cas de fraude, qui pourrait être intégré dans le projet de loi consommation. Actuellement, la loi prévoit une amende de 37.500 euros "ce qui est infime comparé aux profits retirés de la fraude", a expliqué la CLCV.

Une prochaine réunion entre le ministre et les représentants des consommateurs devrait avoir lieu dans "une quinzaine de jours", a ajouté l'association. "Au-delà de la fraude, l'affaire des plats préparés met en évidence les risques majeurs que font peser sur le système de traçabilité des produits transformés, l'opacité quant à l'origine de la viande, d'une part, et la baisse des contrôles officiels d'autre part", avait souligné dans la matinée l'UFC dans un communiqué.

L'étiquetage de l'origine des produits transformés à base de viande permettra "de limiter fortement les failles ouvertes par la grande variabilité des fournisseurs de matières premières du fait du recours à des acheteurs/négociants à la recherche des matières premières les moins chères à un endroit du globe à un moment donné", fait valoir l'UFC. Elle simplifiera en outre les procédures de contrôle des autorités en renforçant la traçabilité, ajoute-t-elle.

L'association demande donc au gouvernement français d'agir en ce sens pour rassurer les consommateurs, qui jugent à 71% important de connaître l'origine précise des produits qu'ils consomment, selon un sondage publié début février par une autre association de consommateur, la CLCV. L'UFC souhaite également que la France n'attende pas, pour se saisir du dossier, le rapport, annoncé dans un premier temps "avant l'été", mais qui est maintenant attendu "au mieux à l'automne", de la Commission européenne "qui de notoriété publique, est hostile à l'étiquetage pour les préparations et produits à base de viande".

Publié par AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

user

bonne idée

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires