Un pâturage tournant simple performant pour les génisses

Sophie Bourgeois - Réussir Bovins Viande Juin 2012

Un pâturage tournant simple performant pour les génisses
Jeunes bovins à la ferme de Mauron, il y plus de 10 ans. La station dispose aujourd'hui de nouvelles données technico-économiques sur le pâturage. © V. Rychembusch/archives

Un essai à la station expérimentale de Mauron montre que tourner sur trois paddocks au lieu de six permet de bonnes performances en moyenne.

Quand de nombreux lots d’animaux pâturent en même temps au printemps, que certains lots ne rassemblent que peu d’animaux, la conduite du pâturage tournant peut devenir contraignante (clôtures, points d’eau…). Le pâturage tournant simplifié, avec trois paddocks par lot plutôt que six à huit, peut être intéressant pour simplifier la conduite.
De 2009 à 2011, un essai a été conduit à la station expérimentale de Mauron sur des bœufs holsteins et des génisses charolaises d’environ 500 kg vif à la mise à l’herbe. Les hauteurs mesurées à l’herbomètre à l’entrée des animaux ont toujours été plus faibles pour les lots tournant sur trois paddocks. Le temps de repousse est aussi plus court entre deux cycles, de cinq jours en moyenne. De même les hauteurs de sortie ont été légèrement plus faibles. Mais en moyenne, les croissances des animaux ont été comparables qu’ils tournent sur trois ou six paddocks. « Sur les trois années, de la mise à l’herbe au 30 juin, ceux tournant sur trois paddocks ont réalisé 1 260 g/jour contre 1 271 g/jour pour les autres », explique Daniel Le Pichon du pôle herbivores de la chambre d’agriculture de Bretagne.

Moins de souplesse dans la conduite

Ces niveaux de naissance sont élevés au pâturage sans apport de concentrés. De début juillet à la mi-novembre, les croissances ont été en moyenne de 550 g/jour et 540 g/jour respectivement pour les lots tournants sur six paddocks et ceux tournant sur trois paddocks. Sachant que sur une partie de cette période, les animaux ont reçu du fourrage complémentaire en 2009 et 2010. « Le pâturage tournant simplifié apparaît comme une bonne solution pour les animaux en croissance. Cependant, il donne moins de souplesse dans la conduite et la prise de décision de débrayer ou d’introduire une parcelle dans les cycles de pâturage de printemps est plus délicate ». A Mauron pour limiter cet effet, des parcelles sont fauchées dès que possible après le premier cycle de pâturage du printemps, ce qui se produit dans les dix premiers jours de mai.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires