Vaccination fièvre catarrhale : Vaccination obligatoire fièvre catarrhale. GDS France et GDS Creuse prennent acte et proposent

Dr Didier GUERIN

Vaccination fièvre catarrhale : Vaccination obligatoire fièvre catarrhale. GDS France et GDS Creuse prennent acte et proposent

L'annonce faite au Sommet de l'Elevage de la poursuite de la vaccination obligatoire nécessite des éclaircissements pour la gestion à court et moyen termes d'où les demandes de GDS France complétées par celles de GDS Creuse.

Au Sommet de l'Elevage, Bruno Le Maire, Ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, a annoncé les mesures suivantes en matière de vaccination fièvre catarrhale : « Je veux défendre l'intérêt des éleveurs. Votre intérêt, c'est que la filière de l'élevage reste une filière d'excellence en France. Votre intérêt c'est que la filière de l'élevage reste une filière d'excellence en Europe. Votre intérêt, c'est de ne pas passer à côté d'une chance d'éradiquer la FCO en France. Nous n'avons plus aujourd'hui que 67 foyers déclarés. Il y en avait eu 32.000 enregistrés en 2008. Votre intérêt, c'est de soutenir les cours des bovins à l'exportation et de rassurer vos partenaires commerciaux. Les enjeux économiques sont considérables : les exportations d'animaux vivants représentent plus d'1 milliard d'euros. J'ai donc décidé, dans l'intérêt de la filière, que la vaccination restera obligatoire en 2010. J'ai également décidé, après avoir examiné tous les scénarios, qu'elle sera réalisée par les vétérinaires et qu'elle sera gratuite pour les éleveurs ».

GDS France prend acte de la décision ministérielle

Par un communiqué de presse du 8 octobre, GDS France a pris acte et fait part de ses propositions. Respectueux des décisions de l'Etat, GDS France prend acte de l'annonce faite au Sommet de l'Elevage par le Ministre de maintenir l'obligation de vaccination contre la fièvre catarrhale pour la prochaine campagne. Il considère que cette option qui est de la responsabilité exclusive des pouvoirs publics ne saurait prendre tout son sens que dans le cadre d'une stratégie coordonnée au niveau de l'Union européenne. En ce qui concerne les modalités pratiques de la campagne, GDS France regrette que sa proposition n'ait pas été retenue. Dans le rapport élaboré par sa Mission de Prospectives Sanitaires, il s'était prononcé fortement en faveur de la possibilité pour les éleveurs de vacciner eux-mêmes tous leurs animaux, à l'exception de ceux destinés aux échanges dans un système encadré; le rapport avait avancé des propositions réalistes, novatrices et constructives en ce sens et largement soutenue par la profession. Cette proposition aurait présenté le double avantage d'une meilleure acceptabilité de la vaccination pour les éleveurs et d'un moindre coût pour la collectivité. GDS France sera particulièrement attentif à ce que l'engagement pris par Michel Barnier et réaffirmé par Bruno Le Maire d'autoriser la vaccination par les éleveurs soit effectif dans l'avenir.

Une prise en charge nécessaire dès maintenant

GDS France note cependant avec satisfaction l'engagement pris que « cette vaccination ne sera pas à la charge des éleveurs ». Pour Marc Gayet, Président de GDS France : « dans la situation dramatique que connaît l'élevage et notamment les productions sensibles à la fièvre catarrhale, cet engagement est la condition indispensable, mais non suffisante en elle-même, à l'acceptation par les éleveurs de l'obligation de vaccination. Ceux-ci n'auraient de toute façon pas les moyens financiers d'y faire face ».
Pour être tenu, cet engagement suppose les conditions suivantes :
• La vaccination est réalisée exclusivement à l'occasion de la visite de prophylaxies.
• Une tarification unique nationale doit être fixée par l'Etat.
• Cette prise en charge doit être effective dés maintenant dans tous les départements qui ont commencé leur campagne de prophylaxie et ce jusqu'à la fin de celle-ci, soit, dans certains départements, au-delà de la date du 30 mars.
GDS France demande, en outre, que l'Etat assure la prise en charge financière de la vaccination de tous les jeunes animaux des espèces sensibles à la maladie, tant que l'obligation de vaccination sera maintenue.

Un dispositif à simplifier, adapter et rendre plus transparent

Condition indispensable, la prise en charge du coût de la vaccination ne constitue pas une condition suffisante pour que l'obligation de vaccination soit acceptée aisément par les éleveurs. GDS France considère urgent qu'une concertation s'engage avec l'Etat sur l'ensemble des dispositions pratiques découlant de la décision de l'Etat et a déjà été amené à avancer de nombreuses propositions, notamment, en ce qui concerne :
• La simplification du dispositif réglementaire, en particulier avec la fusion des zones qui partagent la France.
• L'adaptation du dispositif de traçabilité de la vaccination pour lequel GDS France travaille actuellement sur une solution télématique de communication de la situation vaccinale des animaux aux éleveurs et aux opérateurs commerciaux.
• La nécessité de renforcer la transparence de la pharmacovigilance au regard des inquiétudes des éleveurs sur les conséquences de la vaccination.
• Le maintien d'un effort important en matière de recherche sur la maladie.
Interlocuteurs institutionnels des pouvoirs publics en tant qu'organismes à vocation sanitaire, les GDS, loin des effets de tribune ou des déclarations péremptoires, seront sur le terrain aux côtés des éleveurs, comme ils le sont naturellement depuis le début de la crise fièvre catarrhale, pour les accompagner durant cette campagne qui s'annonce difficile, dans le seul souci de leurs intérêts sanitaires et économiques.

Une mobilisation poursuivie de GDS Creuse

Dans ce cadre, un courrier a été adressé à Mme la Directrice des Services Vétérinaires par Philippe Monteil, Président de GDS Creuse. Il demande, notamment, une prise en charge à partir du 1er septembre 2009 pour les vaccinations des cheptels de souche et du 1er juillet 2009 pour les broutards. Le comité de suivi national du 22 octobre devrait nous apporter des informations complémentaires. GDS Creuse, ainsi que votre vétérinaire sanitaire restent à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, n'hésitez pas à nous contacter.

Source Groupement de Défense Sanitaire de la Creuse

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires