Viande bovine : la FNB demande la création d’une « cellule de crise »

SC

Viande bovine : la FNB demande  la création d’une « cellule de crise »

La Fédération Nationale Bovine a décidé de saisir les Pouvoirs Publics et les acteurs de la filière bovine de l’urgence à redresser les cours en production bovin-viande. La situation s’est à nouveau aggravée en l’espace de quelques semaines et atteint, selon la fédération, un seuil particulièrement critique.

Les cours des femelles puis désormais des bovins mâles ont subi, semaine après semaine, une dégradation de plus de 50 cts par kg carcasse sans aucun lien avec les fondamentaux du marché, explique la FNB dans un communiqué. Une baisse liée, selon eux  à  la «  pression voulue et organisée par l’aval de la filière ». Cette dévalorisation  du prix de la viande aggrave la situation des éleveurs, dont  l'activité dégage déjà depuis plusieurs années consécutives un faible revenu.

« Il faut impérativement casser cette fuite en avant : bas prix, dévalorisation de la qualité des viandes sans aucun respect du travail des éleveurs. Les producteurs en sont bien entendu les premières victimes, et sont partagés entre colère et découragement » expliquent-ils. Des prix bas qui empêchent les éleveurs de se  moderniser et  de s’adapter.

Une nouvelle « feuille de route »

Pourtant, la FNB estime que la filière française a les moyens et les opportunités de se redresser. Elle appelle donc à la mise en œuvre d’une nouvelle « feuille de route » pour la filière, partagée avec les Pouvoirs Publics et les acteurs d’aval, pour redonner un élan au  secteur.

Une feuille de route fondée notamment sur une  mobilisation plus active pour des débouchés sur pays  et une mise en avant  « impérative »  de « Viande de France » sur la totalité des rayons des GMS et restauration collective.

La FNB appelle les Sections bovines et les éleveurs à poursuivre leur mobilisation vers l’aval de la filière et prévient : «  la tension ne pourra que monter durant l’été et au début d’automne si les prix n’ont pas augmenté ». En parallèle, les Pouvoirs Publics et en particulier le ministre de l’Agriculture, « doivent être également saisis à chaque occasion possible, sur le terrain, de cette crise dont ils semblent encore ignorer l’ampleur », conclut la FNB.

Sur le même sujet

Commentaires 7

eleveur

cotiser pour un syndicat qui aux mieux ne te defend pas, au pire t'enfonce, non merci.

Le premier syndicat agricole de France est celui des cerealiers, pas des éleveurs.

Mais le problemes, c'est celui la qui negocie pour tous les secteurs agricole francais.

@eleveur

il y a peut etre un rapport entre l'importance des cotisations versées par chaque secteur et la defense accordée a chacun d'eux

eleveur

@local8149 , rien ne bouge pour la seul raison que nous ne sommes pas cerealier.

La FNSEA, plus puissant syndicat, ne bouge pas un petit doigt pour les eleveur, mais lever de bouclier pour les pesticides a 200 metres des ecoles et habitation....

Quand tu gagne rien, tu commence a prendre un petit boulot a coter, puis, tu te rends compte que tu gagne plus avec quelques heures a coter que sur ta ferme, alors, petit a petit, tu te dis que du devrai mieux d'arreter la fermes pour allez bosser a coter, puisque de toutes facon, perssone ne te defend, TU TE DÉBROUILLE SEUL!!!

AIGLE201

A priori il y a un prix maxi pour le consommateur, alors de temps en temps le prix augmente pour l'éleveur, d'autres fois c'est pour l'abattoir, d'autres fois on rajoute du cheval,d'autres fois encore on n'importe plus à bas prix,... c'est un éternel recommencement, alors attendons 1 ou 2 ans et le prix redeviendra favorable !!!!!!!!!!!
L'augmentation du prix c'est d'abord pour le revenu et non pour ce moderniser; car s'adapter c'est encore grossir toujours et plus en gagnant moins d'argent avec 100 vaches qu'avec 50.

@local8149

alors pkoi rien ne bouge? si la situation etait si dramatique les eleveurs se leveraient et se rebelleraient , visiblement tout va bien...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires