Viande bovine : Une conjoncture qui s’améliore mais des trésoreries qui restent tendues

Aurore Majou, chargée de communication CERFRANCE Vendée

Viande bovine : Une conjoncture qui s’améliore mais des trésoreries qui restent tendues

2011 marquée par des cours fluctuants…

« L’année 2011 a été caractérisée par une baisse des cours de mai à fin juin avec la forte décapitalisation dans les troupeaux liée à la sécheresse et par une nette remontée par la suite avec l’ouverture des marchés du pourtour méditerranéen (Maghreb – Egypte - Turquie). » explique William Soulard, conseiller spécialisé en viande bovine à CER FRANCE Vendée.

La sécheresse du printemps a également influé sur les résultats avec d’un côté les exploitations qui ont pu faire face à leurs besoins et de l’autre celles qui ont dû faire des achats extérieurs (concentrés, paille, fourrage).

Clôture d’été et d’automne : des résultats en progression

Les résultats des clôtures d’été et d’automne sont disponibles depuis novembre 2011. Le revenu du travail par UTH pour les exploitations spécialisées en viande bovine s’établit à 17 800 € contre 23 300 € pour la moyenne départementale sur l’ensemble des productions sur les mêmes dates de clôture.

Le revenu du travail par UTH progresse de 4 500 € en viande bovine avec notamment la hausse de 5 100 € du produit « cultures » (rendement et prix). Le produit « viande » ne progresse que de 2 500 €. Les augmentations de certains postes de charges (engrais, aliments, carburants…) limitent l’amélioration du résultat.

On note que le revenu du travail par UTH progresse de 10 500 € pour la moyenne départementale toutes productions confondues (fortes hausses sur le lait et les cultures).

Une progression plus nette pour les résultats de décembre

La hausse du « produit viande » devrait être plus marquée sur les clôtures de décembre. Nous devrions constater une évolution sensible des EBE pour la majorité des exploitations en viande spécialisée mais avec une « stagnation » (voir une dégradation) des résultats pour les structures où les animaux sont de très bonne qualité bouchère (l’augmentation des cours ayant été plus modeste sur ces catégories) et où les achats pour l’alimentation ont été importants.

La progression du coût des carburants ne sera pas sans effet sur les niveaux de résultats.

Des équilibres financiers tendus

Au niveau trésorerie, les situations sont diverses mais les équilibres financiers restent tendus dans de nombreuses exploitations. La réalisation des « emprunts crise » a donné « une bouffée d’oxygène » en 2010 mais les premiers remboursements vont peser sur les équilibres en 2011 et surtout en 2012 (une partie de ces prêts a bénéficié d’un différé de 1 an).

Les clés de la réussite en viande bovine

Une étude réalisée à partir des résultats économiques 2009 des exploitations spécialisées en viande bovine nous a permis de conclure que les écarts entre les exploitations tiennent à 3 éléments :

La maîtrise technique : nombre de veaux sevrés par vache, état sanitaire du troupeau, vaches productives, cohérence du système / coût alimentaire, niveau génétique, maîtrise des charges d’équipement…

La productivité du travail (nombre de vaches, SAU / UTH…)

La dimension de l’exploitation (SAU, nombre de vaches…)

«Ce qu’il faut retenir, c’est qu’au-delà des effets conjoncturels imprévisibles, pour générer des résultats, les performances techniques dans un système cohérent sont primordiales.» William Soulard, CER FRANCE Vendée.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires