Viande : Neuf abattoirs Bigard bloqués

Dans le cadre d'un mouvement national, les éleveurs bloquent neuf abattoirs du groupe Bigard pour réclamer une revalorisation du prix de la viande.

A l'appel de la Fnsea, des JA et de la Fédération nationale bovine (FNB), les manifestants bloquent actuellement neuf des dix sites du groupe d'abattage et de transformation de viande Bigard. Trois sont situés dans l'Ouest, un dans le Nord, un dans l'Est, trois dans le Massif central et un dans le Sud-Ouest.

Des éleveurs du Tarn et de l'Aveyron ont commencé à bloquer dimanche soir les accès à l'abattoir de Castres (Tarn). Une cinquantaine d'éleveurs accompagnés d'une dizaine de tracteurs ont pris place aux entrées de l'abattoir peu après 19h en prévision d'un blocage qui « durera le temps qu'il faudra », a déclaré Dominique Fayel, président de la FDSEA de l'Aveyron.

Dans l'Ouest, environ 150 éleveurs, à chaque fois, bloquaient les sites de Cherré (Sarthe), Coutances (Manche) et Cholet (Maine-et-Loire) alors que dans le Nord, des éleveurs bloquaient lundi l'abattoir de Feignies.

La FNSEA, la Fédération nationale bovine et les Jeunes agriculteurs exigent du groupe Bigard un retour à la table des négociations interprofessionnelles et une hausse moyenne de 0,60 euro/kg du prix d'achat de viande bovine. Ils font valoir une hausse de 35% de leurs coûts de production ces dernières années alors que le prix de rachat est resté quasi inchangé.

Leader français de la viande bovine avec près de 50% du marché, le groupe Bigard (qui exploite notamment la marque Charal) contrôle 75% de l'abattage de vaches laitières, déterminant les prix de la filière, selon les éleveurs.

L'action des éleveurs doit toucher une dizaine d'abattoirs Bigard en France. La FRSEA de Bretagne a cependant renoncé à interdire l'entrée du siège de la société à Quimperlé (Finistère) « afin de ne pas pénaliser les éleveurs de porc qui l'utilisent également », selon son président, Laurent Kerlir.

Le chiffre d'affaires du groupe familial n'a pas été rendu public depuis 2008, date du rachat de son concurrent Socopa. Il est évalué à environ 5 milliards d'euros.



Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires