Agence de l'eau : Associer les ovins à la protection des nappes

Julien Diependaele

Obtenir une eau saine sans traitement, c'est l'enjeu du 9è programme de l'Agence de l'eau Seine Normandie. Une dépollution qui peut associer l'élevage ovin à ses objectifs.

Réduire les coûts de traitement, voire les supprimer pour certains captages prioritaires… C'est l'ambition de l'agence Seine Normandie. Son directeur Jean-Pierre Decroix parle « de remise en ordre : pour raisons financières, un tiers des captages seront protégés et une liste est établie pour chaque département. Des méthodes préventives permettront d'éviter la pollution par les pesticides et les nitrates. »

Réduire les coûts et agir sur le long terme

Les deux tiers des masses d'eau des nappes phréatiques sont menacées par la pollution chimique. Il faudra diminuer les intrants comme le définit la politique européennes vis-à-vis des phytos, des engrais et mettre en place d'autres itinéraires agricoles. C'est un travail à réaliser au niveau d'un territoire et en fonction de son hydrologie : il faudra définir les cultures à mettre en place et les pratiques culturales autorisées. L'enjeu est important puisque le coût du mètre cube d'un captage protégé peut être de dix centimes d'euro contre un euro si l'eau doit passer en station de traitement.

Le 9e programme de l'agence vise à atteindre un bon état qualitatif et quantitatif des masses d'eau d'ici 2015. Actuellement, 160 captages en Haute-Normandie et 38 sur l'Eure-et-Loir sont listés comme prioritaires par l'importance du point d'eau. Des aides incitatives sont proposées aux collectivités pour acquérir les périmètres rapprochés des bassins d'alimentation de captage afin de les surveiller et de les préserver. Le maître d'ouvrage s'engage à gérer ces parcelles en « zéro intrant » durant vingt ans. Des échanges fonciers peuvent également être pratiqués. On retiendra qu'en moyenne, ces surfaces protégées couvrent une douzaine d'hectares autour de chaque captage.
Pour les terrains à exploiter en location, un « bail rural à caractère environnemental » peut engager les bailleurs et preneurs. Des conditions particulières sont prévues : maintien des surfaces en herbe, interdiction des fertilisants autres qu'organiques, pas de mise en culture ou de traitement phyto, drainage interdit… Ce type de bail résulte de la réforme de la loi d'orientation agricole de janvier 2006.

Une valorisation des captages dans l'Eure

Une visite sur l'élevage ovin de Philippe Lefrançois, éleveur à Amfreville-sous-les--Monts (Eure) a montré comment la valorisation de ces captages d'eau pouvait être concrètement pratiquée. Ainsi, les 200 brebis Ile de France pâturent sur 14 ha autour de la bergerie et le périmètre de protection de captages est utilisé pour la fauche sur 5,5 ha situés dans la vallée.
Seul pour travailler sur cette exploitation de 96 ha, cet éleveur a construit en 1999 sa bergerie de 40 m x 15m ce qui a permis l'accroissement de la troupe. La lutte se pratique en juin avec 7 béliers OIF, Berrichon et Charollais. La lutte des agnelles s'effectue en janvier. L'essentiel des mises bas est réalisé en une dizaine de jours. L'alimentation est basée sur l'herbe de mars à fin octobre, hormis une rentrée en bergerie du 15 juillet au 30 août. « Les parcelles en vallée évitent le surpâturage, indique Philippe Lefrançois. J'utilise du foin (400 kilos par brebis), de la paille de blé (90 kilos), des fanes de pois en bergerie. »

Le concentré est fourni par l'exploitation avec de l'orge, de l'escourgeon et un complémentaire acheté. La vente des agneaux et des réformes est pratiquée auprès du groupement ovins de l'Eure (Ovins 27). Avec une prolificité de 1,9 la productivité numérique est de 1.4 puisque le taux de mises bas est de 80 %. Les charges opérationnelles sont de 76 euros dont 59 pour l'alimentation. Les agneaux, vendus à 18,7 kg, ont un prix moyen de 5,19 euros par kilo et les aides sont de 37 euros par brebis. Le produit brut s'élève à 169 euros et la marge brute atteint 93 euros par brebis.

Source Réussir Pâtre Mars 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires