Béliers : Des reproducteurs réformés trop tôt

Laurence Geffroy

La fièvre catarrhale ovine a eu des répercussions sur la fertilité des béliers. « J'ai beaucoup
de demandes pour faire examiner les semences des béliers avant la mise en lutte, cela se
chiffre en centaines alors que d'habitude, c'est plutôt une dizaine par an » explique Yves
Lemaire, chef du centre d'insémination ovine de Verdilly (Aisne). Dans le cadre de l'enquête
de l'Institut de l'élevage, la qualité de 40 % des semences testées dans une vingtaine
d'élevages a été jugée « médiocre ». « La mévente des reproducteurs ou leur infertilité ont
entraîné leur réforme et le déclassement inévitable de leurs carcasses, ce qui a entraîné
dans les élevages concernés, un manque à gagner de plus de 350 euros par bélier et de
près de 50 euros par agnelle » notent les auteurs de l'étude, qui n'ont pas pris en compte
les agnelages de fin 2007, en cours lors des enquêtes.

Les demandes pour faire tester les semences des béliers avant la mise en lutte sont plus nombreuses. (DR)

Les demandes pour faire tester les semences des béliers avant la mise en lutte sont plus nombreuses. (DR)

Source Réussir Pâtre Novembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires