Bien-être animal : Quelques clés pour savoir décoder le comportement ovin

Serge Ourliac, Bergerie nationale de Rambouillet

Le mouton sent mieux que nous, voit moins bien que nous, entend mieux que nous, est plus vif que nous, court plus vite que nous mais moins longtemps. C'est un animal d'habitude, craintif.

• Les moutons n'aiment pas être parqués dans un espace exigu et partiront spontanément
vers un espace plus vaste. Leur instinct grégaire les pousse à rejoindre des congénères. Ils
s'enfuient à l'approche des êtres humains et des chiens.

• Les moutons ont la mémoire longue (relativement) surtout pour ce qui concerne les
expériences désagréables. S'ils ont le choix, les moutons préfèrent s'avancer sur une
surface plane que de monter sur un plan incliné, et ils escaladent plus volontiers un plan
incliné qu'ils ne le descendent. Les moutons préfèrent passer d'un endroit sombre à un
endroit plus éclairé, mais ils évitent les contrastes de lumière. Ils circulent avec moins de
réticence dans des installations s'ils y sont déjà passés en suivant le même parcours et en
allant dans le même sens à chaque fois. Quand ils voient d'autres moutons courir (se
sauver), ils se mettent à courir aussi.

Les moutons se dirigent plus volontiers vers une aire ouverte que vers un endroit qui leur semble n'offrir aucune issue. (www.leitenberger.fr)

Les moutons se dirigent plus volontiers vers une aire ouverte que vers un endroit qui leur semble n'offrir aucune issue. (www.leitenberger.fr)

 

• Les moutons n'avancent plus ou cherchent à rebrousser chemin quand ils voient des
congénères passer en sens inverse. Ils traversent plus rapidement un enclos long et étroit
qu'un enclos carré. Les moutons avancent avec moins de réticence dans le couloir de
contention (de traitement) s'ils ne voient pas la personne qui administrera les traitements. Ils se
dirigent plus volontiers vers une aire ouverte que vers un endroit qui leur semble n'offrir
aucune issue.

• Les très jeunes agneaux que l'on sépare de leur mère chercheront à retourner à l'endroit où
s'est produit la séparation. Les moutons réagissent négativement (comme tous les animaux
d'élevage) aux bruits intenses, aux vociférations et aux aboiements. Les jeunes moutons
s'engagent plus facilement dans des installations s'ils suivent des congénères plus âgés qui
sont accoutumés aux lieux. L'agneau apprend très facilement les fondamentaux d'un
apprentissage de conduite. Le mouton est d'un naturel patient…

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Pâtre d'août-septembre 2008 « Le bien-être animal et ses pratiques ».
(R. Pâtre n°556, p. 19 à 32).

Source Réussir Pâtre Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires