Dans les Hautes-Pyrénées : Se regrouper, une bonne solution pour employer un berger toute l'année

Les bergers du Lac Bleu emploient un berger à temps plein depuis quinze ans. Il partage son temps entre l'estive pendant l'été, et les exploitations pendant l'hiver.

Le groupement d'employeurs Les bergers du lac bleu a été créé en 1995. Son principe ? Un salarié, embauché par les adhérents, répartit son temps de travail entre le gardiennage des troupeaux en estive et le soin aux animaux dans les exploitations en hiver. « À l'origine, on avait plusieurs problèmes à résoudre. Deux agriculteurs béarnais souhaitaient changer d'estive pour une plus grande et moins escarpée. Mais on devait se regrouper à plusieurs éleveurs sous une association afin de s'organiser par rapport aux gestionnaires d'estive » explique Pierre Vergez, éleveur-fromager à Berberust-Lias. Cette estive est Le lac bleu, enceinte faisant partie intégrante de la commission syndicale du Houscau. « On cherchait un berger qualifié pour le garder d'une année sur l'autre. Il fallait donc lui trouver du travail pendant l'hiver, se souvient l'éleveur. On en a parlé à d'autres éleveurs et de discussions en réflexions, une solution nous est apparue comme évidente : il fallait créer un groupement d'employeurs. »
Deux priorités avaient été fixées : former un remplaçant qui connaisse bien les exploitations le travail sur un élevage laitier ne s'improvise pas, surtout lorsqu'il y a transhumance et transformation, et avoir un berger qualifié et disponible le jour du départ en estive. Le salarié est en estive de juin à septembre. Il se débrouille seul pour organiser son emploi du temps. Il fixe ses repos hebdomadaires en fonction des soins nécessaires, des conditions météorologiques et de ses besoins. En plus, on lui demande de rassembler les brebis laitières pour la nuit et les soigner le matin. Deux chiens de protection Patou suivent le troupeau en permanence afin d'éviter toute attaque de chien errant, d'ours, ou d'autres prédateurs. En 1996, une cabane a été aménagée avec un confort correct. Le berger prend ses congés à la descente d'estive. L'hiver, il travaille sur plusieurs exploitations.

Le Patou suit en permanence le troupeau pour éloigner les prédateurs. (DR)

Le Patou suit en permanence le troupeau pour éloigner les prédateurs. (DR)

Formation de berger vacher

Éric Dourau a été le premier berger du groupement, pendant douze ans. Il était non issu du milieu agricole et il avait une formation de charpentier-couvreur. Mais par goût pour les animaux et la nature, il a suivi la formation de berger vacher au centre d'Etcharry dans les Pyrénées-Atlantiques. Au moment de son embauche, il avait déjà une expérience de trois saisons en estive et il travaillait sur l'exploitation de deux adhérents du groupement des Bergers du lac bleu. En 2006, il a créé son propre troupeau et a changé d'estive pour traire et fabriquer le fromage en montagne. Au cours de ces années, il a pu former trois stagiaires futurs bergers : Antoine en 2001, aujourd'hui berger à la Gella en Vallée d'Aure, Stéphane en 2004 qui n'a pas souhaité continuer dans ce métier et Mathieu en 2005, aujourd'hui berger de 1600 brebis au lac d'Oo dans le Luchonnais.

Trois nouveaux bergers ont été embauchés en 2007, 2008 et 2009. Le dernier en date, Julien, 28 ans, non issu du milieu agricole, est originaire d'Anjou, il a reçu une formation agricole avec un BTS production animale. Il a travaillé pendant plusieurs années dans des élevages de chèvres et de brebis. En 2009, c'était sa première saison en estive, il avait beaucoup de choses à découvrir. Il a été épaulé par Frédéric, en formation berger vacher au CFPPA de Lannemezan cet été. Le groupement d'employeurs est content des résultats. Mi-juillet, un parc de tri mixte bovins/ovins a été héliporté et installé. Cet investissement a été pris en charge par la commission syndicale du Houscau, aidé par les services du centre de ressources pastorales et gestion de l'espace et avec des aides financières de l'État et de l'Europe.
« Pour maintenir des bergers en montagne, il faut une formation bien adaptée. De plus, il est très souhaitable d'assurer un temps complet à l'année aux salariés en leur procurant un contrat à durée indéterminée » note Pierre Vergez. L'entretien des paysages pyrénéens passe en effet par le maintien des troupeaux en montagne, au travers du pastoralisme.

Source Réussir Pâtre Avril 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires