Des loups attaquent un troupeau aux portes d'un village des Alpes-Maritimes

Des loups attaquent un troupeau aux portes d'un village des Alpes-Maritimes

Un troupeau d'une vingtaine de brebis a été attaqué dans la nuit de lundi à mardi, vraisemblablement par une meute de loups, aux portes du village de Roquebillière, dans la vallée de la Vésubie (Alpes-Maritimes), a-t-on appris auprès du maire de la commune.

Une dizaine de ces bêtes sont mortes et toutes les autres ont été blessées dans cette attaque inédite. "Nous avions déjà repéré des traces de loup cet hiver, mais c'est la première fois qu'une attaque se produit dans notre village, à 50 mètres de ma propre maison et à 100 mètres de l'église", a raconté Gérard Manfredi, maire UMP de cette station thermale de montagne. En attendant la visite, mercredi, de personnels de la direction départementale de l'agriculture et de la forêt, les seuls à même d'authentifier qu'il s'agit bien d'une attaque de loups (constat qui ouvre la voie à indemnisation), le propriétaire des bêtes n'a pas le droit de les toucher, ni de les soigner. Mais pour l'éleveur, dépité de les regarder agoniser ainsi, il y a peu de doutes. "Il s'agit de l'attaque d'une meute avec des louveteaux: dans ce cas, aucune bête ne doit rester sur pied", pour apprendre aux louveteaux à chasser, a déclaré Daniel Nicolao, déjà touché il y a quelques semaines par une attaque contre un autre de ses troupeaux, près d'Utelle. 

Une présence incompatible 

Pour lui, la présence du loup est "scandaleuse". "L'animal règne en maître dans les forêts, sans aucun prédateur", a estimé le berger: "Notre profession ne sert plus qu'à nourrir les loups, voilà où l'on en est arrivé." "Il est temps de constater l'incompatibilité entre la présence de ce grand prédateur et l'activité humaine sur notre territoire!", a renchéri dans un communiqué le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi, qui mènera la liste UMP en Paca pour les élections régionales. "Je demande donc à nouveau au préfet de prendre des mesures nécessaires afin de permettre aux chasseurs et aux bergers plus de latitude dans le tir du loup, notamment à l'affut et à l'approche", a ajouté M. Estrosi, évoquant "une réelle menace pour les élevages".En 2014, les Alpes-Maritimes ont été le département français le plus touché par les attaques de loups avec plus de 2.800 ovins tués, selon les chiffres du ministère de l'Ecologie, soit près du tiers du total des attaques en France.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 19

mardécon

Bien que pur céréalier ,je compatis au sort de ces pauvres éleveurs qui triment chaque jour,
élèvent leur troupeau avec passion , se débattent chaque jour avec le carcan administratif qui régit "LE BIEN ETRE ANIMAL" !!!!!!

Ce bien être serait -il de se faire égorger par les loups ou encore de se faire saigner vivant dans un abattoir pour en faire de la viande halal !!!!!!?????

OH FRANCE TU FOUS LE CAMP !!!!

OH FRANCE TU ES DÉJÀ PARTIE !!!!!!

OH FRANCE OU VAS TU ??????

OH FRANCE NE NOUS OBLIGE PAS A TE QUITTER

SOLIDARITÉ AVEC NOS AMIS ÉLEVEURS

L.Bernard

Pour ma part je ne suis pas pro loup ni anti et je ne sais trop quoi en penser....
Ce dont je suis sur ,par expérience professionnelle, c'est que dans le secteur viande d'agneaux, le seul vrai ennemis des éleveurs français, c'est l’agneau de nouvelle Zélande...meilleurs qualité et prix de reviens bien ,bien, mais alors bien en dessous des prix français.
Quand j'observe vos voisins italiens, qui sont plus producteurs laitier que les français, on comprend facilement que leurs problème de cohabitation avec le loup soit moins grave que les vôtres.
Il par contre évident que la charge de travail est bien supérieure en élevage lait que viande.
C'est surtout votre système de production qui vous fait défaut.
P.S: aux modérateurs de ce forum, j'ai du mal à cerner votre mode de modération quand je lis ce genre de chose:"Beber12
Vaut mieux se traiter de c.. que d'écolo: c'est quand même plus courtois."

Averonet

Dans les commentaires précédents, on voit bien qu’il a une scission importante entre les "pros loup" plutôt urbains et les "contre" plutôt ruraux montagnards. Je propose que ceux qui sont le plus concernés règlent le problème avec les moyens adaptés.

bazilou

Faut vraiment ne plus avoir aucun problème à régler dans ce pays pour dépenser autant d'argent à entretenir cet animal, alors que l'élevage va de plus en plus mal ; qu'il n'y aura bientôt plus personne pour entretenir les montagnes ; et surtout, faudrait pas l'oublier quand même : il y a encore des gens qui n'ont pas à manger dans le pays.
Et on se demande comment on pourrait éventuellement faire cohabiter des loups et des hommes à coup de millions d’euros.
Près de chez moi, il y a une vallée qui naguère faisait vivre de nombreuses familles d’éleveurs. Aujourd’hui il n’y a plus personne sauf des broussailles, des ruines et des sangliers. Si au moins tout le monde vivait bien ailleurs, mais c’est loin d’être le cas. Quel gâchis !

Beber12

Vaut mieux se traiter de c.. que d'écolo: c'est quand même plus courtois.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires