Des ventes en recul pour l’agneau du patrimoine

Bernard Griffoul - Réussir Pâtre Mai 2013

Des ventes en recul  pour l’agneau du patrimoine
Le décalage de la campagne laitière des brebis Lacaune a chamboulé le calendrier des sorties d’agneaux. DR

L’agneau du patrimoine a eu davantage de peine à s’imposer dans les grandes surfaces. Une deuxième opération de promotion a été programmée en avril.

L’agneau du patrimoine n’a pas échappé à la conjoncture tendue de ces derniers mois. L’opération annuelle de promotion dans les grandes surfaces, destinée à lancer la campagne de l’agneau Lacaune sur de bonnes bases, a été menée pendant cinq semaines, de fin janvier à début mars. Un peu plus de 23 000 agneaux ont été commercialisés sous la marque Agneau du patrimoine Lacaune. C’est nettement moins que les années précédentes (près de 50 000 en 2011). La concurrence de l’agneau d’import a bien évidemment compliqué sa mise en place. Sans doute aussi, le contrecoup des difficultés de l’an passé pour approvisionner les GMS pendant la promotion, le calendrier de sorties des agneaux ayant été chamboulé par le décalage de la campagne laitière.

Un nouvel outil prévisionnel

Ces promotions semblent pourtant séduire les consommateurs, comme en témoigne la fréquentation du site internet (www.agneaudupatrimoine.fr) et les messages de sympathie. « Nous devons reprendre notre bâton de pèlerin pour aller expliquer aux grandes surfaces notre savoir-faire et ce que nous représentons », assure Jérôme Redoulès, président d’Agno’InterPro.
En 2013, une deuxième opération de promotion de cinq semaines a donc été programmée à partir du 9 avril. L’objectif est double. D’une part, répondre à la demande de grandes surfaces d’étendre les périodes de promotion. D’autre part, soutenir, après la période pascale, des sorties d’agneaux qui sont plus importantes qu’auparavant. L’interprofession a développé pour la campagne en cours un nouvel outil prévisionnel qui se base non plus sur les inséminations mais sur les déclarations obligatoires des éleveurs auprès de l’interprofession laitière. Il s’est avéré beaucoup plus précis. Au 15 mars, le nombre d’agneaux collectés par les membres de l’interprofession était en baisse de 4 %. L’engraissement (70 % des agneaux) est d’autant plus en recul que les exportations d’agnelets ont été plus importantes.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires