Expérimentation : Des parcs stabilisés pour l'hiver

Damien Hardy

Alors qu'il se construit environ 10 millions de mètres carrés de bâtiment agricole chaque année
en France, les conseillers bâtiments européens se sont donnés rendez-vous à Lille les 22 et
23 octobre dernier pour évoquer les techniques d'avenir applicables aux bâtiments d'élevage.
Et l'avenir pourrait être à des bâtiments simplifiés, plus allégés voire sans toit. On parle alors
de parcs stabilisés hivernaux.

Un programme d'étude sur les bâtiments simplifiés, innovants et économes a permis d'expérimenter des parcs stabilisés d'hivernage pour les bovins. (DR)

Un programme d'étude sur les bâtiments simplifiés, innovants et économes a permis d'expérimenter des parcs stabilisés d'hivernage pour les bovins. (DR)

En Irlande et en Angleterre

Ces parcs, pour l'instant essentiellement expérimentés avec des bovins, sont placés sur un
sol rendu étanche par du béton, une membrane géotextile ou de préférence par un
compactage d'une couche argileuse, drainés (afin de récupérer et traiter les effluents), et
recouverts de paille ou de copeaux de bois. Sans toit, mais protégés des vents dominants,
les génisses élevées de cette façon ont obtenu de meilleurs gains moyens quotidiens que
celles restées dans un bâtiment avec une aire paillée. Dans cette expérimentation menée à
Trévarez dans le Finistère, les animaux ont été moins sensibles aux maladies. Toutefois,
les mamelles plus sales à certains moments et la plus grande sensibilité aux mammites
incitent à déconseiller ce système pour les vaches laitières en production alors qu'il semble
très adapté pour les animaux de renouvellement ou d'engraissement. Ces parcs stabilisés
d'hivernage sont actuellement largement utilisés en Irlande et en Angleterre, pays doux et
pluvieux. Des expérimentations complémentaires sont en cours en France, dans les zones
à l'hiver plus rigoureux. Malgré l'utilisation de 1,7 fois plus d'espace pour les animaux que
dans les bâtiments couverts, ces parcs stabilisés reviennent deux à trois fois moins chers
à la construction que des aires couvertes.

Source Réussir Pâtre Décembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires