FCO : Evaluer la fertilité des béliers avant la mise en lutte

C.Rolle

Détecter la fertilité des béliers suite au passage de la fièvre catarrhale de cet été est une démarche essentielle pour assurer l'avenir de son élevage. Explications

Près de 300 foyers cliniques ovins FCO sont aujourd'hui repérés dans le Puy-de-Dôme. Un triste chiffre qui rappelle chaque jour aux producteurs de moutons que la fièvre catarrhale est bien présente et qu'elle peut surprendre à tout moment.
Au-delà des symptômes engendrés par la maladie, vétérinaires et techniciens alertent aujourd'hui sur les risques importants d'infertilité des béliers et sur la nécessité de mettre en place des solutions pour assurer la prolificité des lots luttés cet automne et la production d'agneaux en 2009. C'est dans ce sens que les organisations professionnelles agricoles du département(1) ont organisé la semaine dernière, une journée de formation sur l'examen des organes génitaux des béliers. « L'objectif pour les éleveurs étant d'évaluer la fertilité de leurs béliers par la méthode de palpation » explique Delphine Daniel, vétérinaire conseil du groupement Lim Ovin.
L'examen se fait bélier par bélier. Il consiste à descendre les testicules en serrant le cordon et à repérer ainsi toute anomalie suspecte : testicules de tailles différentes, manque de volume, peau plissée, partie dure au niveau de la queue de l'épididyme…. L'examen doit être réalisé avant la mise en lutte pour s'assurer de la capacité de reproduction des béliers et garantir des résultats de fertilité et de prolificité corrects sur les lots.

Un bélier vacciné n'est pas obligatoirement fertile

Quand un bélier est douteux, la vétérinaire conseille de mettre l'animal à part. « Les mâles touchés par la FCO sont totalement inaptes à la reproduction pendant au moins trois mois, même s'ils ont été vaccinés entre temps» précise Delphine Daniel. Il apparaît en effet que dans des élevages non touchés une partie des béliers ait contracté la maladie avant la vaccination et sans pour autant avoir été vus malades !
Ainsi, les béliers vus malades au cours de l'été ou de l'automne doivent impérativement être écartés des luttes d'automne «car ils ont toutes les chances d'être infertiles » confirme la vétérinaire. En revanche, pour les béliers non vus malades, la palpation des testicules est vivement conseillée. Car c'est elle qui détectera une grande partie des animaux infertiles.


(1)- Ces formations ont été organisées conjointement par Copagno, Ovimonts, FDO, EDE et GDS. Elles sont financées par la Caisse d'entraide du GDS
La journée de formation s'est déroulée sur quatre exploitations, notamment chez Olivier et Benoît Lassalas au Gaec Rodde à Nébouzat. 17 béliers ont été testés par Delphine Daniel, vétérinaire conseil de Lim Ovin. Deux ont été écartés car présentant des risques d'infertilité détectés après palpation des testicules

 

Source Auvergne Agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires