Jean-Paul Dubeuf de l'IGA (1) : Un réseau de partage et d'échange des savoirs caprins »

Propos recueillis par Damien Hardy

Quel est le but de l'association internationale caprine ?

L'association internationale caprine est née en 1982 avec le triple objectif d'améliorer la qualité
scientifique des recherches caprines, de les faire reconnaître et de les mettre à disposition des
opérateurs et des projets partout dans le monde. Au-delà de cette fonction scientifique, l'IGA
joue aussi un rôle politique en défendant et mettant en avant des systèmes de production qui
participent au développement rural dans les pays pauvres.

Comment fonctionne l'IGA ?

Aujourd'hui, l'association réunit 250 membres individuels et une dizaine de membres
institutionnels venant de plus de 60 pays. C'est une vraie chance d'avoir un réseau de
scientifiques spécialisés dans des domaines aussi variés que le développement rural, la
production laitière, la viande ou les fibres. L'IGA est dirigée par un conseil d'administration
de 18 membres et un bureau resserré de quatre personnes. L'association a une forme
académique qui peut dérouter, mais c'est essentiel pour son fonctionnement. Parallèlement,
avec peu de moyens financiers, l'association garde un côté artisanal en fonctionnant
principalement sur le bénévolat. Nous espérons multiplier les sources de financement pour
avoir une activité plus importante et un salarié à plein temps. Le siège de l'IGA est à Little
Rock dans l'Arkansas aux États-Unis proche de l'ONG Heifer project qui nous soutient en
termes logistiques.






Jean-Paul Dubeuf, président de l'IGA. (D. Hardy)

Jean-Paul Dubeuf, président de l'IGA. (D. Hardy)

 

Quelles sont les actions de l'IGA ?

L'IGA supervise les conférences internationales qui ont lieu tous les quatre ans et celles à
l'échelle d'un continent qui portent sur un thème précis. L'association assure une
communication permanente à travers son site internet et sa lettre d'information par courrier
électronique. Le site vient d'être repensé et offre un accès multilingue dont le français. Notre
but est de le rendre plus accessible, non seulement aux scientifiques, mais aussi aux
éleveurs et aux pouvoirs publics, en privilégiant les notes de synthèses et les informations
lisibles par tous. Enfin, nous faisons connaître et valorisons les publications scientifiques de
qualité à travers la revue Small Ruminant Research (recherche sur les petits ruminants)
édité par Elsevier aux Pays-Bas, qui a un fort impact scientifique.

Quelle est la place de la France dans cette organisation ?

Il y a un paradoxe car la filière caprine française est la première filière laitière au monde. De
plus, elle a des capacités d'expertises à l'international en termes d'élevage, de sélection
génétique ou de qualité des produits. Or, bien que le nombre d'adhérents à l'IGA soit significatif,
une trentaine y compris aux Antilles, la filière caprine française s'est peu appropriée cette
association, peut-être à cause de la langue. Pourtant, l'IGA peut un être outil puissant de
développement à l'international. C'est aussi important pour veiller et voir ce qui se passe hors
de nos frontières.

Pourquoi et comment adhérer ?

L'adhésion permet d'avoir de l'information caprine du monde entier, à travers la newsletter,
Small ruminant research et les rencontres régionales ou internationales. Au-delà de l'intérêt
des réseaux, il est aussi possible d'adhérer par soutien militant, comme on le ferait en cotisant
pour une ONG. Car l'association a une utilité sociale et humaniste reconnue. L'adhésion de
syndicats, d'industriels ou d'organismes de formation est à encourager. C'est une forme
d'engagement, financier bien sûr, mais aussi politique en orientant l'association et en lui
demandant des comptes.

(1) Jean-Paul Dubeuf est ingénieur de recherche à l'Inra au département « science de l'action
et du développement ». Il est basé au laboratoire de recherche pour le développement de
l'élevage à Corte en Corse. Il a dirigé le Cirval, centre international de ressource et de
valorisation pour la filière laitière des petits ruminants, jusqu'à sa fermeture en 2005. A titre
privé, il participe à l'organisation de la foire aux fromages de Venaco. Il a été élu président de
l'IGA (International goat association) pour quatre ans en septembre 2008 au cours de la
conférence caprine de Querétaro, au Mexique.

Source Réussir La Chèvre Novembre-Décembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires