Le premier cas de virus de Schmallenberg détecté en France

Le premier cas de virus de Schmallenberg détecté en France
le premier cas en France a été détecté dans un troupeau d'ovins (SC)

Un cas de virus de Schmallenberg, qui affecte les ruminants mais n'est pas transmissible à l'homme, a été détecté pour la première en fois en France dans un élevage d'ovins situé en Lorraine.

"L’infection aiguë semble se manifester chez les bovins adultes par de l’hyperthermie, une perte d’appétit, une chute de production chez les vaches laitières, de la diarrhée, des avortements. L’infection des femelles de ruminants en gestation peut se traduire par la naissance d’animaux malformés (arthrogrypose, raccourcissement des tendons du jarret, déformation de la mâchoire, hydranencéphalie, …)", précise le ministère sur son site internet.

Des cas d’infection aiguë ont déjà été rapportés chez des bovins entre août et octobre 2011, en Allemagne et aux Pays-Bas. Depuis le mois de décembre 2011, des cas de malformations ont été rapportés chez des ovins et des caprins, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Le Royaume Uni a notifié la présence du virus chez des ovins le 23 janvier 2012. D’autres cas de suspicion sont en cours d'analyse en France.

Les régions frontalières sous surveillance

"Face à ce risque émergent, la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) a mis en place un système de surveillance, notamment dans les régions frontalières avec les pays où des élevages ont été atteints par le virus", ont précisé les préfectures. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a été chargée d’une étude sur l’impact du virus dans les élevages de ruminants et les risques de diffusion sur le territoire. Faute de classification et de réglementation, "aucune restriction particulière n’est mise en oeuvre dans les exploitations suspectes", expliquent les autorités.

Les recherches sont en cours sur l’origine du virus. Il serait très vraisemblablement transmis par « voie vectorielle » (culicoïdes, moustiques, tiques). Quand les femelles sont infectées pendant la gestation, le fœtus peut être infecté (transmission verticale), conduisant à des avortements et à des malformations fœtales.

Son nom fait référence au village de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne) où il a été identifié pour la première fois, en novembre 2011.

Sur le même sujet

Commentaires 3

piluge

et ça recommence la comédie,notre ministre n'a pas réussi a nous faire gober le vaccin FCO ,il veut inventer une autre maladie et surtout nous faire faire un vaccin bien plus toxique que la maladie,quand finiront ces subventions déguisées aux aux labos des petits copains.Pas de salutations à ce qui nous sert de ministre

Ptitemarmite

Incroyable !! Les vaccins pour la FCO ne se vendent plus assez alors on nous sort une autre maladie pour faire marcher les laboratoires... Ça vient toujours des Pays Bas et d'Allemagne en plus.

steph 85

on va pas s en sortir, ça ressemble a la fco, que faire? Ya t il des vaccins, il faut agir maintenant, debrouiller vous, si on vx vendre nos bovins

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires