Loup : Un tir de prélèvement autorisé

La préfecture des Alpes-de-Haute-Provence autorise un tir de prélèvement, soit l'abattage d'un loup, après que plus de 70 brebis ont péri lors d'une nouvelle attaque attribuée à l'animal dans la vallée de l'Ubaye.

Dix bêtes ont été tuées par le loup, 62 sont mortes après avoir sauté dans un ravin par panique et 30 autres sont portées disparues, sur un troupeau de 1.500 têtes, à la suite de l'attaque d'un loup dans la nuit de vendredi à samedi sur la commune d'Enchastrayes, au Super-Sauze. Le week-end dernier, 45 brebis ont été tuées, sept blessées, et sept ont disparu dans le même département, à Méolans-Revel.

Depuis le début de l'année, 66 attaques imputables au loup ont été recensées, occasionnant la mort de 422 ovins, contre 86 attaques et 246 victimes sur l'ensemble de l'année 2010, selon la même source.

Face à cette recrudescence, la préfète Yvette Mathieu va signer aujourd'hui un arrêté de prélèvement autorisant la destruction d'un loup. Cette procédure, réalisée sous le contrôle de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (OFCFS), n'intervient qu'en dernier recours, quand toutes les méthodes de prévention des attaques se sont avérées insuffisantes (protection des troupeaux, recours à l'effarouchement puis mise en place de tirs de défense).

Le nombre des spécimens qu'on peut tuer en France est fixé à six pour 2011/2012. Depuis 2004, seuls cinq prédateurs ont été abattus dans ce cadre.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires