Mauvaise année pour les élevages bovins et porcins

Le revenu des producteurs de viande bovine fléchit de 25 % en 2007. Malgré des volumes en hausse, la production baisse en valeur du fait du recul des prix. Les charges s'alourdissent aussi avec la hausse des cours des aliments à base de céréales.

La situation est meilleure en élevage laitier. Après deux années de repli, le revenu progresse de 3 %. La collecte de lait est stable en France alors qu'elle baisse en Europe. Les prix se redressent ainsi fortement face à une demande mondiale accrue. L'impact des coûts de l'alimentation des animaux s'en trouve atténué.

Quant au revenu des exploitations ovines, il chute de 32 % en 2007. Les abattages sont moins nombreux et les prix se stabilisent. La non-reconduction des aides calamités sécheresse réduit aussi les ressources dans les zones concernées. En baisse annuelle moyenne de 5 % depuis 2002, le revenu des exploitations ovines atteint un point historiquement bas en 2007. Il représentait 70 % du revenu moyen agricole au début des années quatre-vingt-dix. Il en constitue désormais 50 %.

Le revenu des producteurs hors sol plonge en moyenne de 38 % en 2007. La consommation de viande de porc baisse et les cours diminuent. Les éleveurs de porcs sont aussi confrontés à la hausse des prix de l'alimentation animale qui représente l'essentiel des coûts.

Par contre, après la crise de l'influenza aviaire en 2006, la production de volailles se redresse et son prix augmente. La mise en place de poulettes de ponte diminue. La demande d'oeufs, notamment industrielle, se renforce et les prix s'envolent. En aviculture, contrairement à l‘élevage porcin, la hausse des prix couvre en quasi-totalité celle des aliments.

Source Agreste Primeur juillet 2008

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires