Prédateur : L'Etat évalue ses actions sur le loup

Damien Hardy

Les ministères de l'Écologie et de l'Agriculture ont évalué les agissements de l'Etat entre
2004 et 2008 dans le cadre du plan d'action sur le loup afin de préparer le prochain plan
2008-2012. Si l'Etat maintient sa position sur l'intérêt de la sauvegarde du loup dans les
massifs montagnards colonisés actuellement (Alpes du Nord et du Sud) et en colonisation
prévisionnelle (Jura, Vosges et Pyrénées), il est plus circonspect sur l'intérêt de le protéger
dans les zones du Centre et de l'Ouest de la France où l'élevage intensif prédomine. Le
loup reste perçu par les éleveurs comme un « handicap » qu'il convient de compenser
comme tel par des mesures d'indemnisation simplifiées.

120 à 150 loups sur le territoire français

Le rapport des deux ministères appelle à poursuivre et améliorer les mesures de prévention
et notamment l'usage des chiens Patous qui aurait fait baisser le nombre de victimes par
attaques. Il appelle aussi à développer les diagnostics pastoraux, à poursuivre le suivi
scientifique et à renforcer les coopérations transfrontalières avec l'Italie et la Suisse mais
aussi prochainement avec l'Espagne. Enfin, le rapport préconise une meilleure protection
des petites unités d'élevage laitier caprin et ovin qui sont à forte valeur ajoutée et qui
subissent des attaques totalement déstructurantes. Les 120 à 150 loups présents en
France, population jugée de petite taille mais stabilisée, ont coûté en 2007 plus de 4,5
millions d'euros aux contribuables en gardiennages, chiens de protection, clôtures et
indemnisations.

Le rapport complet est disponible sur www.la-chevre.fr

Source Réussir La Chèvre Mai-Juin 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires