Récits et images : Fromages entre ciel et terre », ou la passion d'un métier au coeur des Pyrénées

Paul Le Mens. Professeur en dégustation des alimen

Dans ce livre, sans passéisme, les auteurs dressent les portraits d'une région, les Pyrénées, d'un fromage et des bergers-fromagers détenteurs d'un savoir : élaborer des saveurs et des arômes pour notre plus grand plaisir.

Le texte décrit avec lucidité la réalité des bergers et contraste avec les photos magnifiques où les paysages parlent à l'âme et nous disent que rien n'a changé. On pourrait presque sentir le souffle des brebis et la caresse du vent froid à l'aube immuable. La page suivante nous ramène au réel, avec les hommes de notre temps, leur histoire comment ils s'adaptent au monde.
Le photographe fait parler les croûtes fromagères et le parfum sauvage des moisissures colorées traverse la photo. C'est bien des aliments de nos ancêtres dont on parle et du plaisir sensoriel qu'ils ont légué, à nous, enfants gâtés. Lire ce livre oui, mais avec un bout de fromage entre les doigts !

(DR)

(DR)

Il rend hommage au courage des hommes et des femmes pétris de conviction, observateurs intuitifs de leur environnement. Il témoigne de la passion renouvelée de ces bergers tout autant fromagers. Deux métiers à concilier, pour vivre toujours en mouvement au rythme des brebis, en quête d'herbe folle à travers l'estive mouvementée, de la traite manuelle ; à une cave ou les fromages attendent leur tour d'être soignés, affinés. On a envie de leur demander : et vous dans tout ça ?
Des bergers passés maîtres dans l'art du pâturage, des bergers sans terre, actifs sans relâche tout l'hiver dans la plaine en quête des herbes abandonnées, à l'estive d'été à l'abondante verdure balayée des vents humides du petit matin aux lourdeurs solaires du zénith.
Ce livre honore les bergers et bergères, nous raconte leur travail, un instant de leur histoire… Témoignage et séries de portraits au regard aiguisé, critique des turpitudes de notre temps, où les photographies évoquent la terre, le ciel, dans cette immensité immuable le vivant passe et ne laisse pas de traces, fugace comme un arôme oublié.

Source Réussir Pâtre Mars 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires