Roquefort : De nouvelles mesures pour mieux étaler la production

Bernard Griffoul

Les producteurs devront redoubler d'efforts pour mieux déconcentrer le pic de production en contrepartie d'une plus grande liberté sur la période et la durée de traite.

La filière de Roquefort a annoncé les nouvelles mesures pour déconcentrer le pic de production, qui entreront en vigueur pour la campagne 2011-2012. Une « étape de transition dans l'évolution amorcée », selon la FRseb, afin de ne pas bouleverser les habitudes, aussi bien des éleveurs que des industriels. Des mesures complémentaires seront annoncées dès l'automne prochain pour la campagne suivante.

Désormais, les producteurs pourront choisir la durée de traite et la période de production. (P. Cordonnier)

Désormais, les producteurs pourront choisir la durée de traite et la période de production. (P. Cordonnier)

Choix de la durée

C'est un changement important qui s'opère. Les éleveurs accèdent à deux évolutions attendues sur le terrain : la suppression de la durée minimale de traite obligatoire et l'affectation imposée dans une zone de collecte. Désormais, ils pourront choisir la durée de traite et la période de production. Ils auront le choix de livrer leur lait soit entre le 15 novembre et le 31 juillet (période hâtive), soit entre le 15 décembre et le 31 août (période tardive), indépendamment de la laiterie à laquelle ils sont affiliés. Ce qui demandera aux industriels de s'organiser entre eux afin de ne pas faire grimper les coûts de collecte. En contrepartie, les producteurs de lait devront choisir avant le 15 mai et indiquer leurs informations afin que les industriels puissent anticiper la collecte et les fabrications.
Cette liberté de choisir durée et période de traite a un prix : un effort supplémentaire pour produire moins pendant le pic d'hiver. Les producteurs vont y être incités par le renforcement des mesures déjà en vigueur. Sur la période sensible (16 janvier-15 avril), le montant de la pénalité sur les volumes livrés au-delà du seuil de déclenchement (47 % de la livraison totale sur cette période) sera porté à 250 euros par mille litres. Quant aux primes de bordures, elles seront plus incitatives. Le producteur pourra bénéficier de ces primes soit pendant les trois premières quinzaines en début de campagne (respectivement 240, 150 et 50 euros/mille litres) s'il se déclare « hâtif », soit pendant les quatre dernières quinzaines (respectivement 30, 120, 220 et 270 euros/mille litres) s'il est « tardif ». Le prélèvement d'une cotisation sur les volumes produit pendant la période de pic, destinée à financer le solde pénalités-primes et estimée à au moins 30 euros par mille litres, est maintenue. « Si les producteurs font l'effort d'aller chercher les primes, ils récupèreront cette cotisation », explique Robert Glandières, président de la FRseb.

Source Réussir Pâtre Mai 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires