Second identifiant électronique : La bague de pâturon souhaitée par la filière caprine

Damien Hardy

« Désormais une bague au pâturon pourra être l'identifiant électronique », explique Béatrice Balvay de l'Institut de l'élevage. Obligatoire, sauf changement d'ici là, pour tous les petits ruminants européens nés à partir du 1er janvier 2010, ce deuxième identifiant électronique ne pouvait être placé que sur l'oreille ou en bolus. La filière caprine a souhaité le placer sur le pâturon, plus facile à lire pendant la traite et moins susceptible de s'arracher. Une série de tests et de lobbying auprès de la commission européenne a permis l'adoption par les pays membres de la bague au pâturon comme support de l'identification électronique pour les petits ruminants qui ne sont pas amenés à franchir de frontière. « Depuis 2006, nous testons et évaluons différents types de bagues électroniques, explique l'ingénieur de l'Institut. Si le fabricant Reyflex a su faire évoluer son Patuflex pour le rendre plus solide et plus lisible, cet identifiant n'a pas été testé sur des animaux de moins de six mois. Or, le règlement européen impose que le second identifiant doit être posé dans les six mois suivant la naissance. Le Pâtuflex ne peut donc, pour l'instant, être envisagé que comme un troisième identifiant officiel ».

Obligatoire pour les petits ruminants nés à partir du 1er janvier 2010, l'identification électronique peut se porter au pâturon pour faciliter la lecture pendant la traite. (DR)

Obligatoire pour les petits ruminants nés à partir du 1er janvier 2010, l'identification électronique peut se porter au pâturon pour faciliter la lecture pendant la traite. (DR)

Le fabriquant teste ces bagues en les posant lâche sur des pâturons des chèvres jeunes. En 2008, un autre fabriquant, A Raymond, a proposé une bague électronique qui peut être posée avant les 6 mois de l'animal. La bague, en cours de test jusqu'en juin 2009, peut ensuite être agrandie manuellement pour suivre la croissance du pâturon de l'animal. Si la lecture électronique facilite la vie de l'éleveur en envoyant directement les informations du lecteur mobile à son logiciel, elle facilite aussi le travail sur l'aval de la filière comme l'ont montré des tests sur le marché de Parthenay et à l'abattoir de Confolens.

Source Réussir La Chèvre janvier-février 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires