Section ovine GDS Creuse. Des outils pour vous accompagner

Marien BATAILLE & Dr Didier GUERIN

Section ovine GDS Creuse. Des outils pour vous accompagner

Maîtrise sanitaire collective en élevage ovin => Ce 10 mai, la section ovine de GDS Creuse s’est réunie afin de faire un point sur la fièvre catarrhale et la « boîte à outils ».

Section ovine GDS Creuse. Des outils pour vous accompagner

La section ovine de GDS Creuse s’est réunie ce 10 mai pour faire un point sur la fièvre catarrhale et la vaccination, sur la mise en place de la région ALPC ainsi que sur l’utilisation des outils GDS Creuse.

Fièvre catarrhale, une mise à disposition du vaccin depuis le 1er avril, réfléchir à la protection de votre troupeau

L’Anses nous indique une diffusion inexorable du virus fièvre catarrhale sérotype 8 avec des impacts cliniques conséquents si le pouvoir pathogène du virus n’a pas changé. Les 4/5 de la France sont en zone réglementée. Pour la protection de votre troupeau (cf. encadré), vous avez reçu un courrier, si vous souhaitez vacciner ou faire vacciner votre cheptel de souche, vous nous retournez votre bon de commande. Actuellement, le vaccin est disponible sans délai. Le vaccin est pris en charge par l’Etat. La vaccination est volontaire, vous pouvez donc vous positionner individuellement.

Une mise en place de la FRGDS ALPC

La réforme territoriale relative aux régions est effective depuis le 1er janvier 2016 avec pour nous une région qui passe de 3 à 12 départements, c’est la plus vaste de France. Une 3ème rencontre avec nos collègues des régions Aquitaine et Poitou-Charentes s’est déroulée le 15 mars dernier. Cette réunion a permis la rédaction des statuts de la nouvelle fédération régionale des GDS qui fédère les 3 FRGDS et les 12 GDS afin de représenter les intérêts de leurs éleveurs adhérents, au niveau régional, auprès des pouvoirs publics, des collectivités territoriales et des autres organisations professionnelles. La FRGDS ALPC sera l’interlocutrice des services de l’Etat (DRAAF/SRAL) et du Conseil Régional. Elle va coordonner et harmoniser des actions sanitaires conduites dans la région. Elle a pour objets principaux :

  • l'organisation, la représentation, la défense, la formation et l'information des propriétaires et détenteurs d'animaux des espèces d'animaux de rente de la région,
  • la protection et l'amélioration de l'état sanitaire et du bien-être des animaux, ainsi que la protection et l'amélioration des aliments pour animaux et des denrées alimentaires d'origine animale.

Cette nouvelle région comptabilise 1,3 million de brebis (500.000 brebis laitières et 800.000 brebis viande), l’enjeu est d’harmoniser l’organisation de la filière viande entre les zones de production Limousin et Poitou-Charentes.

Une « boite à outils » GDS Creuse à mieux connaître pour optimiser son utilisation

  1. Le plan pathologies émergentes apporte un appui technique et financier à tout élevage confronté à une pathologie de groupe (avortements, parasitisme, maladies respiratoires…). Les frais relatifs à cette action pour les visites, prélèvements, analyses sont pris en charge à hauteur de 50 % grâce à des fonds du Conseil Régional.
  2. Le kit diagnostic direct avortements ruminants est un kit de mise en évidence de l’agent infectieux pour les maladies suivantes : toxoplasmose, chlamydiose, fièvre Q et salmonellose avec une prise en charge de 75 % du montant des analyses.
  3. Le Billet de Garantie Conventionnelle (BGC). La plupart des maladies « s’achète », notamment les maladies abortives. Le BGC est un document par lequel le vendeur et l’acheteur discutent sur le statut des animaux et du cheptel. Lors de réalisation de recherches, une prise en charge de 50 % des frais d’analyses avec des aides du Conseil Départemental intervient.
  4. Les aides génotypage et visna-maëdi permettent de prendre en charge 50 % des frais de prélèvements et d’analyses.
  5. La formation « éleveur infirmier » se déroule selon un module de base qui comporte deux journées : la première sur le thème de « l’examen de l’animal malade » et la seconde sur « le médicament vétérinaire et le carnet sanitaire ». Une partie pratique en exploitation (réalisation de gestes techniques ou analyse de la pharmacie) est associée à une partie théorique. Cette formation se déroule par groupe de 12 à 15 éleveurs. Une prochaine session aura lieu à l’automne, inscrivez-vous dès maintenant.
  6. La visite de tout nouvel installé. Cette visite d’information et de conseils sanitaires est proposée pour présenter à l’éleveur les actions de GDS Creuse, avec notamment « la boîte à outils » et faire le point sur la situation de l’élevage. Elle se déroule dans les deux années qui suivent l’installation. A l’issue de la visite, GDS Creuse fournit à l’éleveur un carnet de bons qui permet le financement de certaines analyses.

Une poursuite de la mobilisation de tous dans le cadre de notre concept « Le sanitaire… j’adhère ! »

« Le sanitaire… j’adhère ! » associe bilan, analyse, apport de garanties, protection avec les outils disponibles, notamment la « boîte à outils GDS Creuse » développée et mise à disposition des éleveurs en relation avec les vétérinaires, le laboratoire départemental et le service santé animale de la DDCSPP. Les acteurs de la section ovine de GDS Creuse se rassemblent afin de sensibiliser les éleveurs ovins creusois, à l’utilisation des différents outils tout en s’appuyant des conseils techniques des intervenants du monde de l’élevage avec un fort engagement individuel en matière de maîtrise des risques sanitaires pour un retour collectif conséquent bénéfique pour un troupeau sain, sûr et rentable.

Section ovine GDS Creuse. Des outils pour vous accompagner

Vaccination fièvre catarrhale

Une population séronégative, un risque clinique important

La surveillance sérologique mise en place en début d’année montre que moins de 20 % de la population bovine est immunisée. Vu que le virus est quasi identique à celui de 2008, il est probable que la maladie prenne toute son ampleur dès cet été. Comme GDS Creuse, le CNOPSAV recommande donc de vacciner les cheptels pour les protéger.

25 % des brebis creusoises potentiellement protégées, un renforcement de la sensibilisation demandée par les éleveurs de la section ovine

A l’issue du recensement des besoins en doses de vaccin FCO, sérotype 8, 83 élevages ont commandé du vaccin pour 14.120 brebis, soit environ 25% des brebis creusoises. Face à cette situation, les éleveurs de la section ovine GDS Creuse ont demandé que la sensibilisation à l’importance de la vaccination soit renforcée.

Modalités pratiques d’organisation de la vaccination pour les cheptels de souche

  • Recenser vos besoins à l’aide du bon de commande que vous avez reçu et le retourner à GDS Creuse, 26, rue Alexandre Guillon – BP 201, 23004 Guéret Cedex.
  • Le vaccin est pris en charge par l’Etat.
  • Le vaccin est le BLUEVAC BTV8 – Laboratoire CZV. 2 injections à 21 jours d’intervalle en primovaccination sont à effectuer.
  • L’âge minimal des agneaux à la vaccination est de 2,5 mois en ZR, le statut immunitaire maternel étant inconnu.
  • Sans besoin de certification, l’éleveur peut vacciner ses animaux. Toutefois, pour être certifiée et permettre ainsi la sortie des animaux de la zone réglementée, la vaccination devra être réalisée par le vétérinaire.
  • Que la vaccination soit réalisée par le vétérinaire ou l’éleveur, la liste des animaux vaccinés, la date de vaccination et le vaccin utilisé sont à inscrire sur le carnet sanitaire.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires